xiti
Conseils d'experts et témoignage de professionnels - un site proposé par Gan Assurances

Site de partage d’expériences entre entrepreneurs et de conseils d'experts en assurances et en gestion d'entreprises.

Archive pour mai, 2013

Les 10 gagnants du concours 100 Jours pour entreprendre

La remise des prix de 100 Jours pour entreprendre s’est déroulée mercredi 29 mai dans les locaux d’EMI Music devant près de 600 jeunes entrepreneurs.

Lancé par le Club Esprits Entreprises, en partenariat avec l’association 100 000 entrepreneurs et CroissancePlus, le concours a rassemblé près de 250 projets déposés et vise à promouvoir l’esprit d’entreprendre chez les plus jeunes. C’est Jacques-Antoine Granjon (PDG de Ventes Privées.com), président du jury qui a décerné les prix aux 10 entrepreneurs gagnants.

Découvrez les 10 gagnants du concours 100 Jours pour entreprendre

#1 – 2100 votes

Cambium Makers

Retrouvez les sur Facebook en cliquant ici.

Entreprise artisanale autour de la fabrication d’articles de sport en bois et bambou avec la volonté de mettre en valeur l’aspect esthétique du bois et innover sur des points techniques en utilisant des fibres et résines naturelles.

 

#2 – 1145 votes

Goodeed

Retrouvez les sur Facebook en cliquant ici.

Gan Assurances a remis un prix à Goodeed le site internet qui révolutionne l’humanitaire. C’est simple, visionner des publicités d’annonceurs jusqu’au bout permet de faire un don pour une cause humanitaire. Cette idée originale est portée par 3 lycéens remplis d’enthousiasme qui sont en train de passer leur bac !
Soutenez les en vous rendant sur leur site en cliquant ici.

 

#3 – 1021 votes

Artips

Retrouvez les sur Facebook en cliquant ici.

Artips, c’est une dose d’art au quotidien. Avec Artips, recevez du lundi au jeudi une anecdote originale, décalée et mémorable sur une oeuvre d’art connue ou moins connue.

 

#4 – 884 votes

AroundYou

Retrouvez les sur leur site en cliquant ici.

plateforme de réservation en ligne mettant en relation commerces locaux (restaurants, spas, coiffeurs, kartings, paintballs…) et particuliers partout en France.

 

#5 – 854 votes

Les Grandes Dames

Retrouvez les sur Facebook en cliquant ici.

C’est l’histoire de trois amis qui partagent une passion commune : les arts de la table. Les Grandes Dames est un futur restaurant qui propose de la cuisine concoctée par des grands-mères !

 

#6 – 803 votes

Super Fringale

Retrouvez les sur Facebook en cliquant ici.

Vous est-il déjà arrivé d’avoir faim et de ne pas trouver facilement de quoi manger ? Super Fringale est une mini chaîne de restauration ambulante, en région parisienne.

 

#7 – 782 votes

MY WRAPS

MY WRAPS » est un projet de snaking où l’on compose vos wraps avec des ingrédients proposés.

 

#8 – 687 votes

NeoSquat, facilitateur d’installation

Retrouvez les sur leur site en cliquant ici.

NeoSquat est une start up, qui propose aux étudiants, stagiaires et jeunes diplômés de région parisienne de louer leur mobilier et leur matériel électroménager pour leur logement.

 

#9 – 662 votes

Mobeye

Retrouvez les sur leur site en cliquant ici.

Mobeye propose aux entreprises de collecter et d’analyser leurs informations marketing terrain en utilisant une communauté d’utilisateurs connectés à son application mobile.

 

#10 – 628 votes

Arimagine

Arimagine est une start-up qui crée des expériences enrichies sur mobile et tablettes, en utilisant la technologie de réalité augmentée.

 

 

Pour en savoir plus sur l’initiative 100 Jours pour Entreprendre, cliquez ici.

 

 

Retrouvez prochainement l’interview des fondateurs de Goodeed. Juste après les résultats du bac… !

Le mode d’emploi pour bien reprendre une entreprise

C’est l’un des nombreux conseils prodigués par les entrepreneurs présents à la table ronde organisée par l’association Cédants & Repreneurs d’Affaires (CRA) qui a eu lieu mardi 28 mai à la Défense – Paris. Jean Pierre Robin, Délégué du CRA Ile-de-France, qui a animé l’atelier, nous résume les nombreux échanges entre les trois repreneurs d’entreprise Philippe Benquet (ACORUS), Christophe Le Pargneux (ACTOM) et Christophe Charpilienne (SENECHAL).

Quelles sont les clés de réussite d’un projet de reprise d’entreprise ?

 

Les trois repreneurs présents à l’évènement ont tous eu un élément déclencheur ou un terrain favorable à l’expression entrepreneuriale. L’un d’eux est issu d’une famille d’entrepreneurs et avait l’envie d’entreprendre en lui depuis longtemps ; Un autre était un « intrapreneur », salarié d’un grand groupe qui a occupé des fonctions de management avec une soif d’entreprendre jamais rassasiée, qui n’a pu que constater l’évidence après plusieurs années : devenir entrepreneur. Un autre, également salarié, en avait « marre de faire de la politique interne » !

 

 

Conseil 1 : bien s’entourer pour s’engager

Il est important de bénéficier du support sans faille de sa famille et de son entourage d’autant que s’engager dans une aventure entrepreneuriale peut dans un premier temps diviser par 2 ou 3 son ancien salaire.

 

Conseil 2 : bien définir son projet

« On ne trouve que ce que l’on cherche ». Avant de se lancer dans la reprise d’entreprise, il est important de bien identifier ses compétences et sa valeur ajoutée pour les mettre au service du développement de la future entreprise. Rare sont les repreneurs qui maîtrisent tous les postes de l’activité de l’entreprise reprise. Souvent les collaborateurs déjà présents bénéficient largement d’une meilleure connaissance. Il faut donc bien identifier sa valeur ajoutée, voir sur quel poste on peut les mettre à profit et faire confiance aux collaborateurs présents.

 

Conseil 3 : avoir un rapport de confiance avec le cédant

Il est nécessaire de se mettre à la place du cédant et au-delà de toute étude et de tout business plan, sentir si un rapport de confiance peut se créer avec lui. C’est la 1ère clé d’une bonne reprise.

Quels sont les pièges à éviter ?

Attention à ne pas surpayer une entreprise. L’estimation d’un bon niveau de valorisation permettra souvent de bénéficier d’un remboursement anticipé de la dette.

Enfin, ne pas hésiter à anticiper une baisse de chiffre d’affaires les premières années. Les bons business plans sont ambitieux en développement mais prudents en résultat. Il faut parfois anticiper une baisse significative du chiffre d’affaires la première année.

Depuis plus de 25 ans, le CRA accompagne les repreneurs, quelle est son actualité ?

Comme l’a souligné lors de la table ronde le Président du CRA, Jean Marie Catabelle, l’association vient de développer deux nouveautés :

  • Les Trophées CRA comptent désormais 2 catégories : l’industrie et le bâtiment, les services et les négoces.
  • Les tables rondes se développent en région afin de permettre aux futurs repreneurs de bénéficier des conseils et des témoignages de repreneurs à succès.
Pour aller plus loin…

La reprise d’entreprise en France

  • 60 000 reprises d’entreprise par an
  • 7 000 / an en moyenne pour l’Ile de France, 700 000 sur les 10 ans.
Le CRA
  •  CRA est une association nationale sans but lucratif, créée en 1985
  • Son objet est de favoriser la cession et transmission d’entreprise de PME/PMI d’une valorisation comprise entre 300.000 € et 5.000.000 €, pour un effectif de 5 à 100 salariés.
  • 200 bénévoles, anciens dirigeants et patrons d’entreprise, siège à Paris, 72 délégations régionales
  • depuis sa création, plus de 12 000 dirigeants ont confié leur entreprise à vendre au CRA et plus de 28 000 personnes cédants ou repreneurs ont adhéré à l’association.
  • Plus de 2 affaires sur trois aboutissent à une transaction
  • L’association compte actuellement plus de 2000 adhérents, cédants ou repreneurs
  • Plus d’informations sur leur site internet

Les journées de la transmission d’entreprise : 3 et 4 Juin 2013

Les 03 et 04 juin 2013, le Palais des Congrès accueille les Journées de la Transmission d’Entreprise organisées par l’ordre des Experts-comptables, la Chambre des notaires de Paris ainsi que Compagnie Régionale des Commissaires aux Comptes de Paris. Destinées à toutes les générations d’entrepreneurs, cédants ou repreneurs d’entreprises, ainsi qu’à tous les professionnels de la transmission ; ces deux journées ont pour objectif principal de répondre aux problématiques des entrepreneurs. Au programme : Ateliers pratiques, conférences, consultations d’experts…

 

« Préparer son projet de reprise : les clés de la réussite »

 

Le mardi 04 Juin de 15h à 16h30, Alain Maurey, responsable partenariat chez Gan Assurances, co-animera avec Christophe Charpilienne, repreneur de l’entreprise Sénéchal, une conférence sur la reprise d’entreprise : « Préparer son projet de reprise : les clés de la réussite ». Retrouvez le témoignage en vidéo de Christophe Charpillienne ici.

Pour plus d’informations sur les Journées de la transmission d’entreprise cliquez ici.

Publication des comptes : les TPE bientôt dispensées

Si vous employez moins de 10 salariés et réalisez moins de 700 000 euros de chiffre d’affaires, vous allez bientôt être dispensés d’une lourde formalité : la publication annuelle de vos comptes. Annoncée mi-avril, cette mesure va concerner plus d’1,4 million d’entreprises.

Attention : si les TPE n’auront plus à produire l’annexe en sus du bilan et du compte de résultat, elles devront continuer d’établir une comptabilité exhaustive et fiable et de déposer leurs comptes au greffe. Mais désormais, sans avoir à les rendre publics : de quoi préserver la confidentialité des entreprises innovantes.

Ces comptes resteront néanmoins accessibles à certaines administrations publiques (tribunaux de commerce, Banque de France, services de la statistique publique) et les dirigeants seront toujours libres de les communiquer aux partenaires de leur choix (banques, assureurs, fournisseurs, etc.). La publication devrait également être assouplie pour les sociétés réalisant un chiffre d’affaires allant jusqu’à 8 millions d’euros.

Protégez vos locaux pour limiter les cambriolages

Excédé par des cambriolages à répétition, Sébastien Damnon a mis en place de nouvelles mesures de protection pour son garage automobile. De quoi limiter les sinistres et réduire d’autant les coûts et dégâts causés par les voleurs.

« Depuis la création de mon entreprise en 2004, mes locaux ont déjà subi plusieurs cambriolages : nous sommes situés dans une zone malheureusement très touchée par ce type de délit. Notre bâtiment mesure 900 m2. Il est divisé en deux avec l’atelier mécanique d’un côté et la carrosserie de l’autre.

 

Des dégradations indemnisées par l’assurance

 Malgré notre alarme, à chaque fois, le même scénario se répétait : les voleurs fracturaient les portes et pénétraient dans les locaux. Les dégradations commises m’ont coûté très cher, même si mon assureur m’a toujours indemnisé. A chaque sinistre, c’est une perte de temps en démarches administratives, et donc une perte de chiffres d’affaires.

 Mon premier réflexe est toujours d’appeler mon agent d’assurances. En venant constater les dégâts, il m’a préconisé des solutions de prévention plus efficaces : une protection mécanique renforcée (serrure plusieurs points, barreaux, etc.) et une protection électronique plus efficiente (système d’alarme totale relié à une société de télésurveillance). Un conseil précieux : même si certains voleurs tentent encore de pénétrer dans nos locaux, avec l’alarme totale ils n’ont pas le temps de voler et s’enfuient… »

Conseil d’expert

« Tout d’abord, un contrat d’assurances dit multirisque est indispensable pour être couvert en cas de cambriolage et de vol. Il vous permet d’être indemnisé en fonction des dégâts subis, pour reprendre votre activité au plus vite. Mais faire face à un sinistre tel qu’un cambriolage peut être « traumatisant » et cela demande du temps et de l’énergie pour aller de l’avant (tout remettre en place, retrouver le matériel, poursuivre les réparations en cours…).

 

Afin de limiter au maximum tous les tracas causés par un cambriolage (perte d’argent, de temps, confiance des clients…), il convient de mettre en place des mesures de prévention adaptées. Etre bien assuré c’est une chose, anticiper et protéger ses locaux en est une autre. Dans votre cas, le fait d’avoir amélioré vos systèmes de protection a permis de dissuader les voleurs.

 

En effet, les moyens de protection mécanique dissuadent et/ou ralentissent les voleurs. Ils leur faut plus de temps pour pénétrer dans vos locaux et donc ils ont plus de chance d’être repérés avant d’entrer par le voisinage… et les moyens de protection électronique type alarme contribuent à limiter le temps de présence des voleurs s’ils parvenaient à entrer dans vos locaux. Cela permet donc de diminuer les dégâts.

Gérard Baumann, Agent général Gan Assurances à Arbois

L’épargne salariale : un bon outil de management

A la tête d’un restaurant gastronomique, Thierry Moyne est convaincu que la qualité passe aussi par le bien-être de ses salariés. Pour fidéliser son équipe, il a donc mis en place un Plan d’Epargne Entreprise, ainsi qu’une complémentaire santé.

« Dès l’ouverture de mon restaurant en 1998, j’ai accordé une grande importance aux conditions de travail de mon personnel. Car je pense que c’est en prenant plaisir à travailler que l’on sait donner du plaisir aux clients ! L’équipe compte aujourd’hui quatre salariés, deux apprentis et deux ou trois occasionnels selon la saison. Mon objectif : faire plus de cuisine et moins de planning…

Intéresser les salariés aux résultats de l’entreprise

J’ai donc mis en place un plan d’épargne d’entreprise (PEE) et un plan d’épargne retraite (PERP), pour ajouter une part variable au salaire de mes employés et introduire ainsi une notion de résultat : puisqu’ils touchent un intéressement sur les bénéfices du restaurant, chacun gagne à bien travailler ! Nous y avons tous accès, apprentis comme patron, avec le même abondement. C’est donc un vrai outil de management et d’investissement.

 

Dans le même esprit, l’entreprise a souscrit un contrat collectif de complémentaire santé. La restauration étant une activité peu consommatrice de médicaments grâce aux conseils de mon assureur, j’ai pu adapter nos garanties au profil de l’équipe ! »

Conseil d’expert

« Selon le profil de vos salariés, il peut être intéressant de souscrire un Plan Epargne Retraite (PERP) en même temps qu’un Plan Epargne Entreprise (PEE). Cela permet de répondre aux attentes d’une large population : les plus jeunes auront intérêt à verser leur intéressement sur le PEE pour envisager l’achat de leur résidence principale par exemple, tandis que les personnes partant à la retraite d’ici 10 à 15 ans trouveront leur avantage en versant l’intéressement sur le PERP afin de préparer leur avenir proche. Les 2 solutions sont donc complémentaires pour satisfaire l’ensemble de vos salariés.

 

En matière de complémentaire santé, il faut savoir que la convention collective des hôtels, cafés, restaurants (aussi appelée convention des HCR ou convention collective HCR) stipule une obligation à fournir un régime professionnel de frais de santé avec un minimum de garanties à mettre en place. Tous les salariés sont donc concernés et la nouvelle obligation légale ne devrait pas avoir d’impact sur ce secteur. »

 

Gérard Baumann, Agent général Gan Assurances

Les entrepreneurs en faillite ne seront plus fichés

Enfin un « droit à la seconde chance » pour les entrepreneurs ! Le gouvernement a annoncé fin avril la suppression du fameux « indicateur 040 », c’est-à-dire l’arrêt du fichage par la Banque de France (BdF) des dirigeants dont la société avait été liquidée.

Concrètement, le fichier FIBEN attribue une cote à chaque entrepreneur, allant de 000 pour ceux pour qui il n’y a rien à signaler, jusqu’à 060 pour ceux qui ont connu trois dépôts de bilan, et/ou une interdiction de gérer dans les cinq années précédentes. Entre les deux, l’indicateur 040 recense les dirigeants ayant connu un seul dépôt de bilan au cours des trois dernières années.

Or cet indicateur, qui concerne environ 150 000 entrepreneurs, les empêche souvent d’ouvrir un compte bancaire ou d’obtenir un crédit pour recréer une entreprise, « alors qu’une première expérience d’échec ne signifie pas qu’on n’est pas un bon gestionnaire », comme l’a rappelé Fleur Pellerin, ministre des PME. Dont acte !

Rose bunker

Développer son entreprise en franchise

Après l’ouverture d’une première boutique, puis d’une deuxième, sauter les étapes et passer directement à la case franchiseur, quel entrepreneur n’en a pas rêvé ? Dans le cas de concepts très innovants, qui ont un créneau à conquérir, ce serait dommage de ne pas tenter l’aventure. C’est ce à quoi réfléchit Eric Delorme, fondateur d’un concept-store dédié au vintage et aux objets recyclés : Rose Bunker. (www.rose-bunker.fr)

Ces témoignages peuvent aussi vous intéresser…

 

Comment bien reprendre une entreprise ?

Des experts partagent leur expérience le mardi 28 mai !

 

En collaboration avec l’association nationale pour la transmission d’entreprises (CRA), Gan Assurances vous convie à une table ronde autour du thème de la reprise d’entreprise, le mardi 28 mai 2013 à partir de 17h30 à Paris – La Défense. L’événement sera ensuite suivi d’un cocktail.

 

Souvent sujette à des questions, des doutes et des interrogations, la reprise d’une entreprise met en exergue différents enjeux. Animée par Jean Pierre Robin, membre de l’association CRA (Cédants et Repreneurs d’Affaires), cette réunion sera pour vous l’occasion de rencontrer des repreneurs d’entreprises œuvrant dans différents pans d’activités. De quoi faire le plein d’informations et de conseils !

 

Vous aurez également l’occasion de rencontrer Christophe Charpilienne, dirigeant de l’entreprise Sénéchal et invité du mois de mai pour partager avec lui son expérience ! Voir son témoignage en vidéo.

 

Contrat de prévoyance : protégez vos revenus et votre entreprise

Savoir anticiper ? Un atout indispensable pour un entrepreneur. A 33 ans, Nicolas Cannard a décidé de souscrire un contrat de prévoyance, pour protéger sa famille et son entreprise au cas où il serait immobilisé par un accident ou une maladie.

« Mes parents avaient ouvert ce garage en 1988, avec trois bureaux, un parc de véhicules d’occasion (VO) et une aire de lavage. Lorsque j’ai repris l’entreprise en 2009, j’ai décidé de développer notre activité en créant un atelier mécanique d’entretien automobile dans un nouveau bâtiment. Dynamic Auto compte donc aujourd’hui une équipe de 6 personnes : 3 mécaniciens, un apprenti mécanicien, un préparateur VO et moi, gérant.

 

Bien choisir les garanties de son contrat de prévoyance

 

C’est pour protéger cette entreprise, ainsi que ma compagne et mes deux enfants, que j’ai décidé l’an dernier de souscrire un contrat de prévoyance. Je savais depuis longtemps qu’il fallait que je m’en occupe, mais je n’avais pas eu le temps de me pencher sur les détails des garanties existantes. Or autour de moi, j’ai vu que certains dirigeants avaient trop attendu et lorsqu’il leur est arrivé quelque chose, ils n’avaient pas de couverture…

 

Mon agent d’assurance a donc étudié les garanties les mieux adaptées à mon profil et à mes besoins. J’ai notamment souscrit la garantie homme-clé, qui permet d’indemniser mon remplacement si nécessaire. Mieux vaut anticiper ! »

Conseil d’expert

« En tant que Travailleurs Non Salarié (TNS), vous êtes affilié au Régime Social des Indépendants (RSI). En cas de maladie ou accident, vous êtes indemnisé, mais cela ne compense pas la baisse significative de vos revenus nécessaires pour maintenir votre niveau de vie et de celui de votre famille. Sans oublier que vos charges continuent de courir en votre absence…

 

Le fait d’avoir souscrit un contrat de prévoyance vous permet de percevoir, en complément de votre régime social, un capital ou une rente en cas d’invalidité ou de décès et/ou des indemnités journalières en cas d’arrêt de travail, selon les montants que vous aurez déterminé avec votre assureur. La prévoyance vous garantit donc un certain niveau de revenu au cas où il vous arriverait quelque chose.

 

En tant que gérant, vous assurez la vente et la négociation au sein de Dynamic Auto : votre rôle est donc capital pour engendrer du chiffre d’affaires. Comme vous êtes le seul à accomplir cette mission, votre absence se ressentirait immédiatement sur le chiffre d’affaires… L’homme clé, c’est vous ! En souscrivant la garantie « Homme clé », vous protégez votre entreprise contre les préjudices financiers.

 

En cas d’accident ou de maladie, un capital en cas de décès et/ou des indemnités journalières en cas d’incapacité temporaire totale de travail sont versés à votre entreprise pour vous permettre par exemple de rémunérer un remplaçant.

 

Gérard Baumann, Agent général Gan Assurances

Levée de fond

Vous avez besoin de fonds pour financer les projets de développement de votre entreprise ?

Titre popin Fermer

Le concept de l’émission

Vous êtes entrepreneur d’une TPE/PME, commerçant, artisan, créateur d’entreprise et vous avez des questions sur votre activité ou votre projet professionnel…
Lionel Moreau et son équipe d’experts viennent à votre rencontre dans votre entreprise pour vous aider à résoudre une problématique, lever des doutes et vous rassurer d’entreprendre !

Avantages

contact
Pour participer, veuillez remplir le formulaire ci-dessous.

Ces informations vont nous permettre de mieux vous connaître et de prendre contact avec vous par la suite.

* Champs obligatoires.

Choisissez...
  • Monsieur
  • Madame
  • Mademoiselle


Les données collectées dans le présent formulaire par Gan Assurances en sa qualité de responsable de traitement seront utilisés par ses services et sous-traitants pour prendre connaissance de votre demande. Le défaut de communication des données obligatoires aura pour conséquence de ne pas nous permettre de prendre en compte votre demande.
Vous pouvez, à tout moment, conformément à la loi, vous opposer au traitement des informations vous concernant, y accéder, les faire rectifier ou supprimer en nous contactant via notre formulaire de contact.

Télécharger le livre blanc
Remplissez ce petit formulaire et accédez gratuitement au livre blanc

* Champs obligatoires

Livre blanc
Fermer
Choisissez...
  • Monsieur
  • Madame
  • Mademoiselle
Les données collectées dans le présent formulaire par Gan Assurances en sa qualité de responsable de traitement seront utilisées par ses services et ses sous-traitants pour prendre connaissance de votre demande.
Le défaut de communication des données obligatoires aura pour conséquence de ne pas nous permettre de prendre en compte votre demande.
Vous pouvez, à tout moment, conformément à la loi, vous opposer au traitement des informations vous concernant, y accéder, les faire rectifier ou supprimer, en nous contactant via notre formulaire de contact.