xiti
Conseils d'experts et témoignage de professionnels - un site proposé par Gan Assurances

Site de partage d’expériences entre entrepreneurs et de conseils d'experts en assurances et en gestion d'entreprises.

Archive pour octobre, 2014

Gilles Duault, dirigeant de la confiserie Kubli

Cet entrepreneur nous accueille dans sa confiserie artisanale à Morangis (proche de Paris) créée dans les années 1900.
Il nous fait partager la reprise de cette entreprise et ses projets pour cette société en croissance.

Visitons sa manufacture où se mêlent parfums, couleurs et beauté des machines en cuivre pour retomber en enfance avec une grande facilité !

Berlingots, pralinés cacahuètes et bonbons savoureux… par ici, la visite !

 

 

Gilles Duault a reçu le prix du trophée de la reprise organisé en partenariat avec le CRA et Gan Assurances. Ce trophée récompense les entrepreneurs pour leur belle réussite de reprise d’entreprise.

La visite continue sur le site de Kubli sur http://www.kubli.fr/

les régions où il fait bon entreprendre

Les régions où il fait bon entreprendre en France

Le site StarOfService.com et la Fédération des auto-entrepreneurs se sont livrés à un sondage auprès des dirigeants d’entreprises de moins de 50 salariés pour connaître leurs sentiments sur le lieu d’implantation de leur entreprise.

Au programme, plusieurs questions concernant l’attractivité, l’accueil, l’environnement de leur région, de leur département et de leur ville. Par exemple : est-il facile ou difficile de créer une entreprise dans votre région? De recruter du personnel ? De se faire un réseau ?…

Près de 2600 chefs d’entreprise se sont exprimés, dévoilant ainsi le palmarès des régions les plus favorables pour lancer son affaire. En tête du hit parade : la Basse Normandie, l’Alsace, la Franche Comté et l’Auvergne. Quant aux régions qui peuvent mieux faire, on retrouve le Centre et le Limousin.

Les résultats sont disponibles sous forme de carte interactive, détaillant points forts et points faibles de chaque territoire sur le site www.starofservice.com/sondage.

CICE

Paiements Sepa : migration réussie !

Fini le RIB, place à l’IBAN ! Vous n’êtes pas sans savoir que depuis le 1er aout, la France a intégré l’Espace unique de paiement en euros, le SEPA (Single Euro Payments Area), permettant la mise en place d’une gamme unique de moyens de paiement en euros, commune à l’ensemble des pays européens. L’objectif : harmoniser les virements, prélèvements et paiements par carte entre 33 pays.

 
Concrètement, ce passage aux nouvelles normes a nécessité pour les entreprises de modifier les coordonnées bancaires de leurs interlocuteurs au nouveau format BIC+IBAN, de reparamétrer leurs logiciels de gestion, et de vérifier avec leurs partenaires bancaires les formats d’échanges informatiques.
 
 
Ce passage s’est fait sans difficulté particulière selon l’administration française. Grâce à ce nouveau système, les entreprises peuvent désormais :
 
 
– effectuer des paiements dans les mêmes conditions partout dans l’espace européen, aussi facilement que dans leur pays,
– renseigner plus de détails lors des virements (une référence client de 35 caractères et une zone libre de 140 caractères maximum) et créer des codes par nature d’opérations rendant les rapprochements comptables plus faciles,
– optimiser la gestion de leur trésorerie grâce à une date de réception des fonds accélérée et connue à l’avance (1 jour de délai maximum pour le virement).
 
 

Quant aux virements et prélèvements demandés sous l’ancien format national, ils ne sont plus acceptés !

Actus entreprises

Auto-entrepreneurs artisans : changements pour le SPI

Depuis le 20 juin 2014, les nouveaux auto-entrepreneurs qui exercent une activité artisanale ne sont plus dispensés du stage de préparation à l’installation (SPI). Il est en effet devenu obligatoire pour tout entrepreneur qui demande son immatriculation au répertoire des métiers et de l’artisanat (RM) ou au registre des entreprises en Alsace-Moselle.

Ce stage, d’une durée minimale de 30 heures, permet aux futurs dirigeants d’entreprise artisanale de balayer tous les sujets concernant leur installation : les conditions, le financement, les techniques de prévision et de contrôle de leur exploitation… Un bon moyen pour eux d’évaluer leurs connaissances en la matière !

 

A noter : les auto-entrepreneurs qui exerçaient une activité artisanale avant le 20 juin 2014, en restent dispensés.
Par ailleurs, les auto-entrepreneurs artisans, jusqu’alors exemptés de l’immatriculation au RM, seront bientôt dans l’obligation de le faire. La date doit être fixée par un décret à paraître.
Les auto-entrepreneurs en activité auront alors 12 mois pour s’y astreindre.

Rendez-vous Expert Pro à Rouen

Rendez-vous le mardi 4 novembre à l’Atelier Claude Monet à Rouen pour un petit-déjeuner débat organisé par Gan Assurances avec la participation du Groupe Les Echos.

 

Décryptage des obligations du chef d’entreprise en matière de protection sociale, avec un focus sur la généralisation de la complémentaire santé dans le cadre de l’ANI. Et, dans le même temps, l’enjeu, pour les dirigeants, de transformer cette contrainte réglementaire en opportunité.

 

Le programme

8h30 : Accueil, petit déjeuner
9h – 9h15 : Décryptage de l’actualité économique, fiscale et sociale des entreprises
9h15 – 9h45 : La complémentaire santé obligatoire :
– Contexte
– Ce que les chefs d’entreprise doivent mettre en place : quand et comment ?
– Qu’est-ce que cela va coûter ?
– Quelle stratégie pour les entreprises ?

9h45 – 10h : Questions / réponses

Les Intervenants

– Laurent DAVID, journaliste du Groupe Les Echos
– Jean-Loup CLEMENT, expert en protection sociale Gan Assurances
– Gilles BERTRAND, expert-comptable

 

 

 

le financement court terme des TPE

Comprendre le financement court terme des TPE

 

Le financement court terme, d’une durée inférieure à un an et qui permet de financer l’activité quotidienne de l’entreprise, peut être l’objet de nombreuses questions pour les TPE :

– Quels sont les différents types de financement court terme ?
– Comment en obtenir un ?
– Comment choisir la solution la plus adaptée pour financer un besoin de trésorerie ponctuel ?
– Que faire en cas de refus de financement de la banque ?…

 

C’est pour répondre à toutes ces questions que le programme d’éducation financière de la Fédération Bancaire Française (FBF), « Les clés de la banque », vient de publier un guide. Téléchargeable gratuitement, ce document donne aux chefs d’entreprises des informations pratiques et concrètes sur les différentes solutions possibles pour financer leur besoin de trésorerie et choisir le financement le plus adapté à leur activité.

 

La publication de ce guide fait suite au rapport sur le financement des TPE de l’Observatoire du financement des entreprises de juin dernier, qui faisait ressortir un besoin d’information concernant ces solutions pour financer les besoins de trésorerie.

 

Pour télécharger le guide, rendez-vous sur les clés de la banque.com

Actus entreprises

Trophée des entreprises de Franche Comté

La cérémonie de remise des prix de la 2e édition du Trophée des Entreprises de Franche-Comté s’est déroulée le 30 septembre dernier à la Maison de l’Economie de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Doubs. Gan Assurances partenaire de cet événement a récompensé le dynamisme et le savoir-faire des entrepreneurs francs-comtois.

 

Récompenser les entreprises qui osent

 

Toutes les entreprises de Franche-Comté étaient invitées à participer au « Trophée des Entreprises » quelle que soit leur taille. Les 60 entreprises candidates ont ainsi complété un formulaire et indiqué la catégorie pour laquelle ils souhaitaient concourir*.
 

C’est ce questionnaire que le jury a étudié attentivement pour désigner dans chaque catégorie un lauréat.
 

Date de création, nombre de salariés, description de l’activité, forces et faiblesses de l’entreprise… A travers les réponses aux questions posées, les participants ont valorisé leurs actions et partagé leurs expériences sur des projets concrets.

 

*Six catégories pour promouvoir les entreprises de Franche-Comté :
– innovation,
– « made in France »,
– entrepreneuriat social,
– croissance et développement économique,
– espoir de l’économie et gestion des compétences en ressources humaines,
– transmission et reprise d’entreprise.

 
Fabien Hiron, dirigeant de la société Hironwoods spécialisée dans la fabrication d’objets en bois naturel, et notamment des cartes de visite « insolites », a reçu un prix spécial du jury.

semaine pour entreprendre en franchise

Une Semaine pour Entreprendre en Franchise

5ème édition de « La Semaine pour Entreprendre en Franchise », qui aura lieu dans toute la France du 6 au 12 octobre.

Organisé par la Fédération Française de la Franchise, cet événement présente les fondamentaux, les avantages et obligations de ce modèle entrepreneurial, que l’on soit jeune diplômé, actif, senior ou demandeur d’emploi.
 
Pendant une semaine, des conférences, en partenariat avec des Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) et des agences Pôle Emploi, sont organisées dans toute la France.
 
En parallèle, des franchisés et des franchiseurs ouvriront les portes de leurs points de vente au grand public pour faire découvrir le modèle de la franchise et faire partager leur expérience.
  
Le partenaire Gan Assurances sera présent en régions alors découvrez les rendez-vous et inscrivez vous dès maintenant :
 
Sur le thème : « Faites vous accompagner dans votre création d’entreprise »

 – Le 6 octobre à Châlons-en-Champagne (14h – 15h)
 
Sur le thème : « Entreprendre en franchise, pourquoi pas vous ? »

 – Le 7 octobre à Bordeaux (14h30 – 17h)

– Le 8 octobre à Nantes (17h30 – 20h30)

– Le 9 octobre à Clermont-Ferrand (17h – 19h30)

– Le 9 octobre à Montpellier (17h – 20h30)

 

crowdfunding

Crowdfunding : faites financer votre projet par des internautes !

Faire financer votre projet par des internautes que vous ne connaissez pas ?
C’est ce que permet le crowdfunding ou financement participatif : plateforme dédiée sur laquelle des porteurs de projet sont mis en relation avec des personnes qui souhaitent investir. En 2013, 78 millions d’euros ont été collectés en France.

Mode d’emploi de cette nouvelle technique de financement.

 

I / Qu’est ce que le crowdfunding ?

 

Le crowdfunding permet la rencontre entre, d’un côté un porteur de projet qui souhaite trouver des fonds pour démarrer son activité et de l’autre, un particulier, internaute, qui souhaite investir dans un projet pour différentes raisons, par exemple :
–          pour soutenir un projet dont les valeurs sont proches des siennes,

–          pour faire un investissement rentable,

–          pour soutenir une idée, un concept par « coup de cœur » …
Cette mise en relation se fait via des plateformes Internet spécialisées.

Plusieurs dizaines de plateformes existent en France (voir partie 2).

 

Concrètement, comment ça marche ?
Vous êtes porteur de projet et vous souhaitez récolter des fonds grâce au crowdfunding? Voici comment procéder :
Réalisez la présentation de votre projet.

Celle-ci peut comprendre des photos, des vidéos, du son…
Sélectionnez une plateforme qui correspond au profil de votre projet (spécialisée dans votre secteur d’activité, dont les sommes maximales autorisées correspondent à votre projet, etc.).
Envoyez la présentation de votre projet aux dirigeants de la plateforme sélectionnée. Si celle-ci retient leur attention, vous serez probablement amené à les rencontrer.

 

Une fois approuvée par les sélectionneurs de la plateforme.
– Diffusez la présentation de votre projet et incitez les internautes à investir en activant tous les leviers de communication à votre disposition : envoi de mails à vos contacts, publications sur les réseaux sociaux, article dans la presse locale, etc.
A la fin de la période de collecte : soit votre projet a réuni les sommes visées, auquel cas la levée des fonds devient effective, soit votre projet n’a pas réuni les sommes visées, votre demande de levée de fonds s’arrête là. Il faudra alors revoir votre demande, votre projet étant peut-être trop technique, pas assez mature ou mal expliqué aux internautes.

 

Zoom sur la sécurité (dernier point mis à jour en octobre 2014)
 Le crowdfunding présente bien sûr des risques : perte des fonds investis, détournement, mauvaise affectation des sommes, etc. Pour que cet échange se passe avec le plus de sécurité possible, internautes et porteurs de projet sont invités à se renseigner, avant de s’engager, notamment sur le fait que la plateforme choisie figure bien sur le registre des agents financiers qui recense les entreprises autorisées à exercer des activités financières en France (https://www.regafi.fr) ou sur le registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance (https://www.orias.fr), et qu’elle remplie bien ses obligations en matière de réglementation financière et bancaire.
Concrètement, pour effectuer cette recherche, il vous faudra identifier sur la plateforme (généralement dans la partie « Informations légales ») le nom sous lequel elle effectue sa prestation de financement (celui-ci est généralement différent du nom du site).
A noter, pour pouvoir être enregistrés sur ces registres, les gérants de plateformes doivent désormais justifier de leurs compétences soit sous la forme d’un diplôme soit d’une expérience d’au moins deux dans des fonctions liées à la réalisation d’opérations de financement participatif. Et elles ne doivent pas avoir fait l’objet d’une condamnation notamment pour recel, blanchiment, corruption, pratique de prêt usuraire.

Retour au Sommaire

sep

II / Les trois formes de financement de projet

 

Une soixantaine de plateformes proposent du financement participatif en France, mais toutes ne demandent pas le même type d’engagement de la part de l’internaute.

 

Trois cas de figure sont possibles :
l’internaute fait un don. Il n’obtient dans ce cas aucune contrepartie financière, mais reçoit souvent en échange un petit cadeau comme un dvd, une entrée gratuite…
Il fait un prêt. Une ordonnance récente permet en effet de contourner le monopole bancaire en autorisant les particuliers à prêter des sommes d’argent avec des intérêts dans la limite de 1 000 euros par investisseur et 1 000 000 euros par projet.
Ces prêts fonctionnent comme des prêts bancaires.

 

A noter (mise à jour faite le 1er octobre 2014)
Un taux d’intérêt est appliqué sur la somme prêtée, régi par les seuils de l’usure comme pour n’importe quelle opération de crédit. Et un échéancier est mis en place pour le remboursement, sur une durée qui ne peut excéder sept ans.
Il est également possible de prêter une somme sans intérêt. Dans ce cas, le montant est plafonné à 4 000 euros par prêteur et par projet.

Il investit dans le capital de la société créée. Il obtient alors des titres de l’entreprise, touche des dividendes, et peut réaliser une plus-value lors de la cession des titres.
Comment choisir ?
> Si vous avez besoin de recettes définitivement acquises, si vous êtes prêt à donner une contrepartie symbolique, si vous êtes sur un projet à dominante sociale ou culturelle, si vous ne recherchez pas des sommes importantes : préférez les plateformes de dons.
> Si vous êtes prêt à rembourser une créance selon un calendrier établi à l’avance, sans avoir à intégrer des tiers dans votre structure : choisissez les plateformes de prêts
> Si vous êtes prêt à accepter des investisseurs dans votre structure, à leur verser des dividendes, et que les fonds nécessaires sont importants : privilégiez les plateformes d’investissement en capital.

A noter
La plateforme, qui fait l’intermédiaire, se rémunère par une commission prélevée sur les sommes récoltées. C’est donc un élément de plus à prendre en compte lorsque vous choisirez votre plateforme ! Selon une étude du site crowdsourcing.org, en 2012, les plateformes ont prélevé en moyenne une commission de 5% sur le montant total du projet.

 

sep

Quelques chiffres
Selon le baromètre du crowdfunding, réalisé par l’association Financement Participatif France et Compinnov, pour l’année 2013 :
• Le ticket moyen par investisseur est de :

– pour les donations : 152 euros

– pour les prêts : 1 449 euros

– pour le capital : 3 769 euros

sep

• Les catégories de projet financées sont :

– financement d’entreprises : 44%

– projets associatifs : 21%

– édition, journalisme : 7%

– audiovisuel : 6%

– environnement, énergie : 4%
Le total des fonds collectés s’est élevé à 78 millions d’euros.

sep

• Les fonds collectés en fonction du type de plateforme s’élevaient à :

– 48 millions d’euros pour les prêts

– 20 millions pour les dons

– 10 millions en capital

sep

• Les contributeurs se répartissaient ainsi :
– 314 413 contributeurs pour les dons

– 13 812 pour les prêts

– 2 741 pour le capital
L’année 2014 promet une explosion de ce chiffre avec déjà 66 millions d’euros collectés rien que sur le 1er semestre 2014 !
Retour au Sommaire

sep

III / Des exemples de sites qui pratiquent le crowdfunding

Une soixantaine de plateformes proposent du financement participatif en France.

En voici quelques-unes :

 

Anaxago

Type : Investissement en capital

Pour : PME en croissance, dans des secteurs dynamiques.

Montants : Levée de fonds à partir de 100 000 euros. Participation minimale de 1 000 euros.

sep

Babeldoor

Type : Dons

Pour : Artistes, musiciens, écrivains, créatifs, entrepreneurs, inventifs, chercheurs, réalisateurs, bâtisseurs, aventuriers, voyageurs ou audacieux.

Montant : Participation minimale de 5 euros.

sep

Babyloan

Type : Prêt sans intérêts

Pour : micro-entrepreneurs

Montant : participation minimale de 20 euros.

sep

Hello merci

Type : Prêts sans intérêts

Pour : tout type de projets

Montants : Levée de fonds entre 200 et 10 000 euros.

sep

IAmLaMode

Type : Dons contre contrepartie

Pour : Projets liés à l’univers de la mode

Montants : –

sep

Kisskissbankbank

Type : Dons

Pour : Projets liés à la créativité (art, design, photo, cinéma, journalisme, mode…)

Montants : Pas de contribution minimum.
sep

– Lendopolis par Kisskissbankbank

Type : Dons

Pour : Toutes les entreprises

Montants : de 20 € à 1000 €

sep

MyMajorCompany

Type : Dons

Pour : Projets créatifs et culturels, solidaires, innovants, entrepreneuriaux…

Montants : Pas de contribution minimale.

sep

SparkUp

Type : Investissement en capital

Pour : Entreprises de tous secteurs d’activité, pas de projets associatifs ou artistiques

Montant : Participation minimale de 50 euros, levée de fonds comprise entre 10 000 et 100 000 euros.

sep

Ulule

Type : Dons

Pour : Projets innovants, créatifs, solidaires ou à portée collective

Montants : Participation minimale de 5 euros.

sep

Unilend

Type : Prêts

Pour : Toutes les entreprises

Montants : Levée de fonds de 25 000 à 250 000 euros. Participation minimale de 20 euros.

sep

Wiseed

Type : Investissement en capital

Pour : Entreprises innovantes à fort impact sociétal

Montants : Participation minimale de quelques centaines d’euros. Levée de fonds de 100 000 euros à 1 million d’euros.

Retrouvez les différentes plateformes existantes sur : http://www.alloprod.com/labels-participatifs/

 

Quelques conseils
– Intégrer une plateforme pour demander des fonds passe par une sélection. Veillez à soigner la présentation que vous adresserez à ses responsables pour passer l’épreuve. Celle-ci doit mettre en valeur le potentiel de votre projet et expliquer concrètement à quoi serviront les fonds demandés.- Une fois le projet en ligne, tout se jouera sur votre capacité à convaincre. Mettez tout en œuvre pour fédérer les internautes autour de votre projet : communication régulière, photos, explications sur l’avancée du projet…

– Cette communication devra perdurer une fois les fonds obtenus. Vos investisseurs doivent être régulièrement informés sur l’état d’avancement de votre projet.

 

Revenir en haut

Levée de fond

Vous avez besoin de fonds pour financer les projets de développement de votre entreprise ?

Titre popin Fermer

Le concept de l’émission

Vous êtes entrepreneur d’une TPE/PME, commerçant, artisan, créateur d’entreprise et vous avez des questions sur votre activité ou votre projet professionnel…
Lionel Moreau et son équipe d’experts viennent à votre rencontre dans votre entreprise pour vous aider à résoudre une problématique, lever des doutes et vous rassurer d’entreprendre !

Avantages

contact
Pour participer, veuillez remplir le formulaire ci-dessous.

Ces informations vont nous permettre de mieux vous connaître et de prendre contact avec vous par la suite.

* Champs obligatoires.

Choisissez...
  • Monsieur
  • Madame
  • Mademoiselle


Les données collectées dans le présent formulaire par Gan Assurances en sa qualité de responsable de traitement seront utilisés par ses services et sous-traitants pour prendre connaissance de votre demande. Le défaut de communication des données obligatoires aura pour conséquence de ne pas nous permettre de prendre en compte votre demande.
Vous pouvez, à tout moment, conformément à la loi, vous opposer au traitement des informations vous concernant, y accéder, les faire rectifier ou supprimer en nous contactant via notre formulaire de contact.

Télécharger le livre blanc
Remplissez ce petit formulaire et accédez gratuitement au livre blanc

* Champs obligatoires

Livre blanc
Fermer
Choisissez...
  • Monsieur
  • Madame
  • Mademoiselle
Les données collectées dans le présent formulaire par Gan Assurances en sa qualité de responsable de traitement seront utilisées par ses services et ses sous-traitants pour prendre connaissance de votre demande.
Le défaut de communication des données obligatoires aura pour conséquence de ne pas nous permettre de prendre en compte votre demande.
Vous pouvez, à tout moment, conformément à la loi, vous opposer au traitement des informations vous concernant, y accéder, les faire rectifier ou supprimer, en nous contactant via notre formulaire de contact.