xiti
Conseils d'experts et témoignage de professionnels - un site proposé par Gan Assurances

Site de partage d’expériences entre entrepreneurs et de conseils d'experts en assurances et en gestion d'entreprises.

Archive pour novembre, 2015

Concours de l’Innovation

Votez pour votre innovation préférée dans le cadre du concours organisé par Parlons PME.

L’une de nos invités, Laure Courty, jestocke.com, participe à ce concours comme 15 autres candidats.

 

Gan Assurances accompagne cet entrepreneur en assurant les particuliers et les professionnels lorsqu’ils ont recours au service de jestocke.com. Pour en savoir plus cliquez ici

 

Le Grand Gagnant remportera la création et la diffusion de son spot TV ainsi qu’un voyage business d’une semaine à l’Atelier BNP Paribas de San Francisco.

 

Votez dès maintenant pour aider ces entrepreneurs innovants !

Comment développer son entreprise à l’international ?

Audrey Pfirter, présidente directrice générale de la société FAMACO, nous explique comment elle développe l’entreprise familiale basée à Chatillon (Ile de France) en Europe, en Asie et dans le monde entier.Comment exporter des produits français à l’étranger ? Par quels pays commencer pour s’exporter ? 

 

Accompagnée par Business France, cette entreprise française se développe à l’international grâce à son savoir-faire made in France.

 

Christophe Bellanger, directeur régional Ile de France Business France, rappelle les pré-requis pour se devélopper à l’export et partage son expérience aux côtés de la société Famaco dans sa conquête du monde !

 

En effet, Business France dispose de nombreux bureaux dans le monde pour aider les chefs d’entreprise à exporter leurs produits. Ils organisent des réunions en visioconférence pour échanger et partager leur expérience avec des interlocuteurs locaux, effectuent des tests produit sur place, accompagnent les chefs d’entreprise au niveau local…

 

Paiement des cotisations de retraite complémentaire

A partir du 1er janvier prochain, les modalités de versement des cotisations de retraite complémentaire (AGIRC/ARRCO) auprès des Urssaf, changent.

 

Deux cas de figure sont à distinguer :

 

Si votre entreprise compte plus de 9 salariés, vous devrez verser vos cotisations de retraite complémentaire chaque mois et non plus chaque trimestre, et ce, dès le début d’année prochaine. C’est obligatoire, quel que soit votre mode de déclaration (DSN, DUCS).
Si votre entreprise compte moins de dix salariés, vous aurez encore le choix. Soit vous êtes déjà mensualisé, vous continuerez à verser vos cotisations tous les mois. Soit vous effectuez les versements chaque trimestre, vous pourrez continuer ainsi.

 

Concrètement, les cotisations correspondant à l’échéance du 4ème trimestre 2015 (pour les salaires versés en octobre, novembre et décembre 2015) devront donc être payées au plus tard fin janvier 2016. Et celles pour les salaires de janvier 2016 devront être versées au plus tard fin février 2016. Attention donc à anticiper cette échéance de février plus rapprochée que les autres années !

Le crowdfunding une solution pour financer vos projets de développement

François Gauthier, journaliste spécialisé dans les hautes technologies, créé en 2013 L’Embarqué. C’est un média numérique consacré aux systèmes embarqués, c’est-à-dire à tous les ordinateurs que l’on ne voit pas, ceux dans les voitures, les avions, les machines à laver, les objets connectés… et qu’on appelle aujourd’hui l’internet des objets.
Pour développer ce projet innovant, François a dû passer par une levée de fonds.
Il nous raconte.

« Notre objectif à terme est de faire un média numérique très intégré, une sorte de grosse bibliothèque sur les systèmes embarqués. Nous proposons déjà un magazine en ligne, un site web, une newsletter quotidienne, une bibliothèque de documents… Avec 2 salariés et des intervenants extérieurs pour le marketing et la commercialisation, nous vivons principalement de publicités d’annonceurs mais aussi d’abonnements d’internautes.

 

Dès le départ, nous avons voulu nous adresser aux professionnels (ceux qui développent) et suivre au plus près l’évolution technologique des systèmes embarqués, qui est foisonnante et parfois difficile à comprendre. Ce qui rend capital le rôle du journaliste qui fait la synthèse et clarifie les actualités sur l’internet des objets. Nous sommes les seuls sur ce créneau très spécialisé.

 

Pour devenir le média haut de gamme dont nous rêvons, nous avons fait entrer plusieurs actionnaires prestigieux au capital cette année, mais nous avions encore besoin de fonds pour développer l’activité, notamment pour traduire le site en anglais ou encore lancer des webinars (conférences sur internet), et aussi stabiliser notre trésorerie.

Or nous savions que les banques nous refuseraient ces fonds. Les banques ont en effet une vision assez statique des choses : elles regardent le bilan de l’entreprise à un instant T, qui ne répond pas forcément à ce moment-là aux ratios exigés, même si quelques mois plus tard des événements peuvent changer cette donne. Donc, en discutant avec mon comptable, nous avons choisi de déposer un dossier auprès de Lendopolis, un site de financement participatif.

 

Les avantages du financement participatif avec Lendopolis

Plusieurs choses m’ont séduit dans ce système.

 

  • D’abord, Lendopolis a une vision dynamique des projets.

Ses experts regardent bien sûr le bilan, avec ses forces mais aussi ses faiblesses, car il y a toujours des faiblesses dans le bilan d’une jeune entreprise. Mais ils tiennent compte également des prévisions que nous faisons sur deux-trois ans, et qui reposent sur des éléments objectifs.

 

  • L’autre atout du financement participatif, c’est la rapidité !

Nous avons préparé le dossier au mois de septembre. Les éléments ont été mis en ligne sur la plateforme fin octobre. 7 jours après, la collecte était terminée et les 70 000 euros étaient versés 5 jours plus tard. C’est imbattable comme délai !

 

  • Enfin, nous avons beaucoup apprécié la relation de confiance qui s’est instaurée.

C’est formidable pour un créateur de ne pas avoir de garanties à engager sur ses biens personnels, par exemple. Ou encore de voir les experts de Lendopolis ajouter eux-mêmes des éléments dans la présentation Internet qui leur semblaient importants à mettre en avant, comme notre partenariat avec un gros évènement High tech.

 

Mon conseil : pour retenir l’attention de ces experts très professionnels, il faut bien travailler son dossier de candidature en amont ! »

Lutte contre la mortalité routière

Parmi les mesures annoncées récemment par le Gouvernement pour lutter contre la mortalité sur les routes, il en est deux qui concernent directement les entreprises. Il faut dire que selon les statistiques, près d’un accident mortel du travail sur deux est un accident de la route…

 

  • La première concerne l’employeur qui ne veut pas révéler l’identité du conducteur d’un véhicule de l’entreprise.

 

Jusqu’à présent, une infraction commise par un employé au volant d’un véhicule de l’entreprise aboutissait rarement au paiement de l’amende ou au retrait de points, car l’employeur n’était pas tenu de révéler le nom du fautif et rien ne l’obligeait à prendre en charge l’amende.

Une contravention de 4e classe (650 €) va donc être créée pour l’employeur qui refuse de donner l’identité du conducteur lors d’une infraction commise avec un véhicule dont son entreprise est propriétaire.

 

 

  • La deuxième mesure concerne la validité du permis de conduire d’un salarié.

 

Actuellement, l’employeur n’a aucun moyen de savoir si les permis de conduire de ses salariés sont valides. Tout juste peut-il leur demander une attestation sur l’honneur.

 

Une nouvelle mesure devrait permettre à certains employeurs, notamment les transporteurs, de pouvoir vérifier cette validité des permis de leurs employés affectés à la conduite (à l’exclusion du solde de points et de toute autre donnée personnelle !).

 

 

Aucune date n’a été donnée pour la mise en œuvre de ces propositions, mais il est précisé qu’un point sera fait sur ces questions dans les 6 mois par le ministre de l’Intérieur… Affaire à suivre !

 

Réussir sa création d’entreprise en intégrant un incubateur d’entreprise

Etre accompagné d’experts dès le début de la création de son entreprise est un plus indéniable pour assurer la pérennité de son entreprise. Mais si en plus, vous pouvez bénéficier de services logistiques et de locaux à faibles coûts, vous mettez toutes les chances de votre côté pour bien monter votre entreprise !
C’est ce que proposent les incubateurs d’entreprise*.

*Un incubateur d’entreprise est une structure qui accompagne les porteurs de projets de création d’entreprise, parfois dès la phase amont des démarches jusqu’aux premiers mois d’activité, et leur propose un ensemble de services adaptés.

 

Quels sont les critères pour intégrer un incubateur d’entreprise ?

> être une entreprise innovante avec un potentiel de croissance

Bien souvent pour intégrer un incubateur d’entreprise, il faut à l’origine une innovation, avec un potentiel de croissance.

Ça a été le cas pour Yofitness, une plateforme web qui permet de prendre des cours de coaching sportif en ligne, et qui a intégré en avril dernier l’incubateur parisien de Paris & Co dédié au sport : Le Tremplin. Le créateur de Yofitness, Raphaël Azot, a mis au point un algorithme qui permet de concevoir des programmes sportifs personnalisés en vidéo, à partir d’une dizaine de critères (poids, âge, IMC…). Dès l’inscription de l’internaute, un coach est désigné pour le suivre. Celui-ci a accès au compte de l’internaute : il voit quand l’internaute visionne ses vidéos, et peut alors le féliciter et lui donner des points qu’il peut ensuite échanger contre des cadeaux auprès de partenaires (Uber, Sarenza, Go Sport…).

 

> passer des sélections pour intégrer un incubateur d’entreprise

En principe, l’intégration d’un incubateur d’entreprise se fait sur sélection, avec des conditions d’admissions qui varient d’une structure à l’autre. Un dossier de candidature détaillé doit généralement être envoyé au comité de sélection de l’organisme.

« On avait besoin d’un petit coup de boost, se souvient Raphaël Azot. Et par chance on avait le profil pour intégrer l’incubateur Le Tremplin, qui recrute des start-up du domaine du sport déjà en possession d’un prototype et qui démarrent leur commercialisation. C’était précisément notre profil, nous avons donc passé la barrière des sélections. »

En contrepartie, l’entreprise est amenée à verser une participation financière (12 000 euros pour un an, dans le cas de Yofitness) ou à céder un pourcentage de son capital.*

 

Quels sont les avantages à intégrer un incubateur d’entreprise ?

Les avantages sont les suivants :

 

– réduire les coûts de la création d’entreprise

– se créer un réseau rapidement

– bénéficier d’un accompagnement à la création d’entreprise personnalisé

 

Pour Raphaël Azot, « l’incubateur, créé avec des partenaires de renom (comme Nike), nous a ouvert les portes d’un vaste réseau de contacts dans notre domaine d’activité. Nous bénéficions également d’un accompagnement d’experts du sport, à qui nous pouvons poser toutes sortes de questions, et nous pouvons assister à des ateliers de formation sur des sujets variés comme le financement ou le marketing. Cerise sur le gâteau : nous avons touché une subvention de 30 000 euros grâce à un partenariat de l’incubateur avec BPIFrance via le dispositif du PIA (Paris Innovation Amorçage). »

 

Comment choisir son incubateur d’entreprise ?

En France, il existe de nombreux incubateurs. Le choix se fera souvent en fonction de votre profil ou de votre secteur d’activité, car la plupart sont spécialisés. Certains sont réservés à des publics précis (par exemple les femmes), d’autres visent uniquement un secteur (comme le sport, dans le cas du Tremplin à Paris). Il faut savoir aussi que certains incubateurs sont liés à des organismes publics ou para-publics, comme la recherche publique, des écoles (Polytechnique, HEC Paris, EM Lyon…) ou des pôles de compétitivité.

Le mieux est de faire une recherche précise au préalable pour mieux appréhender les points forts et points faibles de l’incubateur d’entreprise visé. Voire de se déplacer dans les locaux, car il n’y a rien de mieux que de rencontrer les incubés !

 

Où trouver un incubateur d’entreprise ?

– Le site monincubateur.com recense plus de 220 incubateurs partout en France, avec pour chacun une petite fiche rappelant les conditions de l’incubation (durée, coût, prise de participation, nombre de places…).

 

– Le site annuaire-economique.net liste les incubateurs régionaux, avec un petit descriptif, le type de structure dont il s’agit et un renvoi vers le site internet des incubateurs.

 

– Le site Retis-innovation.fr, du réseau national regroupant les acteurs et territoires de l’innovation, répertorie quant à lui les structures d’accompagnement à l’innovation : technopoles, CEEI, pôles de compétitivité… mais aussi incubateurs.

 

– Le site Enseignementsup-recherche.gouv.fr propose la liste des incubateurs liés à la recherche publique, avec toutes les coordonnées et les noms des contacts.

 

Lire aussi : « Boostez votre entreprise en intégrant un réseau ! »

Salon des Entrepreneurs de Nantes

Créateurs, repreneurs, dirigeants de TPE/PME… Participez à la 8ème édition du Salon des entrepreneurs à Nantes les 25 et 26 novembre.

 

Un rendez-vous unique à destination des entrepreneurs pour disposer d’un concentré d’informations, de solutions et d’expertises pour assurer la réussite de leur entreprise.

 

Bénéficiez d’un audit gratuit de votre projet sur le stand Gan Assurances :

  • Un Agent général vous conseillera sur les assurances dont vous avez besoin selon votre activité
  • Un expert comptable validera avec vous votre projet et vous donnera tous les conseils pour le réaliser

>>> Rendez-vous sur le stand 216

 

Participez à la conférence animée par des experts Gan Assurances sur le thème :« Entrepreneurs, choisissez le statut juridique le mieux adapté à votre projet. » le  mercredi de 9h30 à 10h45

 

>>> Inscrivez-vous à la conférence :

http://www.salondesentrepreneurs.com/nantes/conferences/entrepreneurs-choisissez-le-statut-juridique-le-mieux-adapt-votre-projet-3711

 

Animée par :

Jean-Loup Clément, responsable régional des partenariats

Yannick MURZEAU, Expert-comptable cabinet YM Conseils

 

 

Les informations pratiques :

Jeunes créateurs, développez votre entreprise avec le Moovjee !

Avis aux jeunes chefs d’entreprise des régions Rhône-Alpes et Ile de France :
Vous avez entre 18 et 30 ans et souhaitez développer votre entreprise ?
Postulez pour être « mentoré » par le Moovjee !

En devenant un « mentoré » Moovjee, vous bénéficiez du savoir-être d’un chef d’entreprise confirmé qui vous accompagne et vous donne le recul nécessaire pour vous aider à prendre les bonnes décisions !

Ce programme est un véritable accélérateur de croissance et de développement pour votre entreprise.

 

  • Prochain comité de sélection Paris – Ile de France : le vendredi 4 décembre 2015

Téléchargez votre dossier sur le site du Moovjee et faites le parvenir à l’adresse : mentorat@moovjee.fr avant le 24 Novembre 2015.

 

  • Prochain comité de sélection Lyon – Rhône-Alpes : le mercredi 9 décembre 2015

Téléchargez votre dossier sur le site du Moovjee et faites le parvenir à l’adresse : mentorat@moovjee.fr avant le 30 Novembre 2015.

 

Pour toutes questions sur le mentorat, n’hésitez pas à contacter Mathilde ou Quentin au 01 43 57 84 29.

 

Rappel :

Le Moovjee, c’est le Mouvement pour les Jeunes et les Etudiants Entrepreneurs.Association de loi 1901, créé en 2009, qui soutient les jeunes dans la création et la reprise d’entreprise et qui vise à faire de l’entrepreneuriat une véritable option de vie professionnelle auprès des jeunes de 18 à 30 ans.

 

Son action s’articule autour de 3 axes :

 

  • Accompagner les jeunes entrepreneurs au travers d’un programme de mentorat
  • Promouvoir les jeunes entrepreneurs avec le Prix MoovJee-Innovons Ensemble
  • Informer, soutenir, créer un réseau d’entraide intergénérationnel avec une communauté composée d’experts et d’entrepreneurs confirmés bénévoles et des partenaires médias pour donner la parole aux jeunes entrepreneurs.

 

actu

Le financement participatif expliqué aux petites entreprises

La Commission européenne vient de publier un guide à destination des petites et moyennes entreprises pour tout savoir du fonctionnement du financement participatif, autrement appelé crowdfunding.

 

Téléchargeable gratuitement, ce guide attire notamment l’attention sur les nombreux avantages du crowdfunding mais aussi sur les risques encourus, à avoir en tête pour s’engager en toute connaissance de cause. Par exemple, le crowdfunding permet d’être mis en relation avec un grand nombre de personnes susceptibles d’être intéressées par votre projet, ce qui vous permet de mettre à l’épreuve votre concept, voire même de le pré-commercialiser. Mais cela ne doit pas vous faire occulter les difficultés liées à la divulgation publique de votre idée. Pour y faire face sereinement, des conseils sont donnés à chaque type de risque.

 

Le guide détaille également les différents types de financement participatif existants. Car on ne le sait pas toujours, mais le crowdfunding peut prendre des formes aussi variées que le prêt entre particuliers ou la prise de participation au capital. Là encore, des conseils sont prodigués pour y accéder dans les meilleures conditions. Une liste de liens complète utilement ce guide pour ceux qui souhaitent aller plus loin.

 

 

Actus entreprises

Stagiaires : un quota pour limiter leur nombre en entreprise

Depuis quelques jours, le nombre de stagiaires pouvant être accueillis simultanément par une entreprise est limité. Pour éviter un recours trop important par les employeurs, un décret a en effet fixé des seuils à ne pas dépasser.

 

Ainsi, votre entreprise ne peut pas occuper pendant une même semaine civile plus de :

 

15 % de son effectif (arrondis à l’entier supérieur) en stage si votre entreprise compte 20 salariés ou plus,

– ou 3 stagiaires maximum si votre entreprise a un effectif de moins de 20 salariés.

 

A noter : ce quota ne s’applique pas en cas de prolongation du stage, par exemple suite à une maladie ou une grossesse.

 

De même, est désormais limité le nombre de stagiaires pris en charge par un même tuteur au sein de votre entreprise : celui-ci ne peut encadrer que 3 stagiaires maximum en même temps.

 

Attention : ce double quota s’applique aux conventions de stages conclues à partir du 29 octobre 2015.

 

Ce décret intervient dans la lignée de la loi du 10 juillet 2014, venue encadrer les stages et améliorer le statut des stagiaires, avec notamment la détermination d’une durée maximale des stages (6 mois), l’inscription des stagiaires dans une partie spécifique du registre unique du personnel, et l’attribution des mêmes avantages que les salariés (titres-restaurant, prise en charge des frais de transport…).

Créer votre entreprise avec Réseau Entreprendre

Pour créer, développer ou reprendre une entreprise, pensez à vous faire accompagner par un réseau tel que Réseau Entreprendre.

Frédérique Jeske, directrice générale de Réseau Entreprendre, vous présente Réseau Entreprendre et partage ses conseils pour devenir chef d’entreprise.

 

 

Réjoindre le Réseau Entreprendre, c’est bénéficier d’un accompagnement personnalisé dans la création ou reprise d’entreprise, d’un prêt d’honneur et faire partie d’une communauté d’entrepreneurs !

 

Les 2 principaux conseils à retenir :
1/ « Demandez-vous si vous êtes prêts ? »
Il faut avoir confiance en vous et croire en votre projet.

 

2/ « Faites vous accompagner !  » pour avoir le recul nécessaire et bénéficier de retours d’expérience pour gagner en temps et en efficacité. Ne restez pas seul.

 

Fiche entreprise :

Réseau Entrependre est un réseau d’aide à la création et au développement d’entreprise.

Parmi les 1 980 chefs d’entreprise accompagnés, 92 % sont toujours en activité 3 ans après leur démarrage et les prêts d’honneur accordés par Réseau Entreprendre sont de 30 K€ en moyenne.

 

La devise de Réseau Entreprendre :

 

« Pour créer des emplois, créons des employeurs »

André Mulliez, Président fondateur de Réseau Entreprendre.

logo

 

Site web

Réaliser un prototype d’un logement innovant grâce au crowdfunding

Spécialisée dans la rénovation globale de bâtiments, tous corps d’Etat, l’entreprise H-Elec Confort souhaite aujourd’hui orienter son développement vers le marché du logement neuf. Fort de sa formation d’ingénieur et de son expérience de 20 ans dans le bâtiment, son dirigeant, Sébastien Horemans, veut créer l’habitat du futur : modulaire, innovant, qui ne laisse pas de trace sur son environnement… Le crowdfunding va lui permettre de mettre en place une démarche de R&D et de développer un prototype.

 

« Dans le cadre de notre développement, on s’est demandé ce qu’on pouvait faire comme métier complémentaire, car on a fait le tour de la rénovation, ça n’est plus aujourd’hui qu’une question de volume. On s’est donc tourné vers le neuf. De nos jours, on construit des maisons comme on le faisait il y a 150 ans, si ce n’est qu’on a mécanisé le transport des parpaings ou la préparation des ciments. Seule évolution notable, vers laquelle nous voulons aller : le modulaire, c’est-à-dire la préparation en usine de blocs et de parois. ça présente plusieurs intérêts à nos yeux. D’abord, ça permet de bénéficier des mêmes avantages que les industriels : mieux gérer les processus, disposer d’un atelier où nous pouvons améliorer la qualité, être concurrentiels sur la main d’œuvre… D’autre part, ça va nous permettre de mieux répondre aux normes environnementales RT 2012 et bientôt RT 2020 qui sont assez contraignantes contre les fuites d’air ou thermique.

 

Le crowdfunding répond à des problématiques de financement auxquels les banques ne peuvent par répondre

Mais nous voulons aller plus loin que la seule modularité dans notre innovation. Avec l’expérience acquise dans la rénovation de bâtiment, nous avons identifié différentes problématiques auxquelles nous souhaitons répondre. Par exemple, nous voulons que les cloisons soient démontables. Si l’un des enfants s’en va, il sera possible d’enlever une cloison pour agrandir une autre pièce. Et inversement, à la naissance d’un enfant, on pourra ajouter une cloison pour faire une chambre supplémentaire. Pour travailler sur la conception de ce logement, nous voulons impliquer le monde universitaire, en intégrant notamment un jeune chercheur à l’équipe. Or, nous avons la chance d’avoir un pôle de compétitivité sur les agro-matériaux à proximité, l’IARD (pole d’excellence Argo Matériaux Picard). Et pour financer ces études de R&D et réaliser un prototype, nous avons levé 88 000 euros auprès de Lendopolis. Même si nous avons de très bons partenaires bancaires, ceux-ci vont financer l’achat de véhicules ou des matériaux mais pas de la R&D. Le crowdfunding répond à des problématiques de financement auxquels les banques ne peuvent par répondre. En plus, l’obtention des fonds est très rapide et j’ai trouvé l’accompagnement des experts de cette société très professionnel. »

Levée de fond

Vous avez besoin de fonds pour financer les projets de développement de votre entreprise ?

Titre popin Fermer

Le concept de l’émission

Vous êtes entrepreneur d’une TPE/PME, commerçant, artisan, créateur d’entreprise et vous avez des questions sur votre activité ou votre projet professionnel…
Lionel Moreau et son équipe d’experts viennent à votre rencontre dans votre entreprise pour vous aider à résoudre une problématique, lever des doutes et vous rassurer d’entreprendre !

Avantages

contact
Pour participer, veuillez remplir le formulaire ci-dessous.

Ces informations vont nous permettre de mieux vous connaître et de prendre contact avec vous par la suite.

* Champs obligatoires.

Choisissez...
  • Monsieur
  • Madame
  • Mademoiselle


Les données collectées dans le présent formulaire par Gan Assurances en sa qualité de responsable de traitement seront utilisés par ses services et sous-traitants pour prendre connaissance de votre demande. Le défaut de communication des données obligatoires aura pour conséquence de ne pas nous permettre de prendre en compte votre demande.
Vous pouvez, à tout moment, conformément à la loi, vous opposer au traitement des informations vous concernant, y accéder, les faire rectifier ou supprimer en nous contactant via notre formulaire de contact.

Télécharger le livre blanc
Remplissez ce petit formulaire et accédez gratuitement au livre blanc

* Champs obligatoires

Livre blanc
Fermer
Choisissez...
  • Monsieur
  • Madame
  • Mademoiselle
Les données collectées dans le présent formulaire par Gan Assurances en sa qualité de responsable de traitement seront utilisées par ses services et ses sous-traitants pour prendre connaissance de votre demande.
Le défaut de communication des données obligatoires aura pour conséquence de ne pas nous permettre de prendre en compte votre demande.
Vous pouvez, à tout moment, conformément à la loi, vous opposer au traitement des informations vous concernant, y accéder, les faire rectifier ou supprimer, en nous contactant via notre formulaire de contact.