xiti
Conseils d'experts et témoignage de professionnels - un site proposé par Gan Assurances

Site de partage d’expériences entre entrepreneurs et de conseils d'experts en assurances et en gestion d'entreprises.

Archive pour décembre, 2016

Best of de l’Invité du mois 2016

Revivez en vidéo les meilleurs moments des témoignages des invités, en 2016 :

 

– des parcours,

.

– des personnalités,

.

– des success stories,

.

– des conseils et des retours d’expérience…

.

 

Rendez-vous en 2017 pour encore plus d’aventures entrepreneuriales avec l’équipe Assuré d’entreprendre !

 

complémentaire santé, bilan un an après

Complémentaire santé obligatoire : bilan 1 an après

La complémentaire santé est obligatoire dans toutes les entreprises depuis bientôt un an… Le point sur son application concrète et sur les questions que vous vous posez peut-être encore sur sa mise en place dans votre entreprise.

Pour vous conformer à la loi, vous avez donc dû négocier un contrat :

 

  • conforme aux accords de branche préalablement conclus
  • qui respecte une liste des garanties minimales imposées
  • pour lequel vous participez financièrement au moins à hauteur de 50%.

 

ANI : loi appliquée ou pas appliquée ?

Selon une étude d’Harmonie Mutuelle de septembre 2016, 20 % des entreprises ne se sont pas encore conformées à la réglementation, majoritairement des TPE de moins de 20 salariés, pour lesquelles la réforme est vécue comme complexe et coûteuse… Il faut dire qu’aucune sanction spécifique n’est prévue par la loi.

 

Attention : si c’est votre cas, ne tardez pas trop quand même car vous risquez tout de même une action prud’homale de la part de vos salariés et des pénalités de l’Urssaf en cas de contrôle !

 

Une couverture santé suffisante pour les salariés ?

Selon un sondage réalisé par le comparateur Mutuelle-entreprise.fr de juin 2016, les salariés ont globalement perdu en niveau de remboursement, leur nouvelle couverture est moins performante notamment pour les dépassements d’honoraires et les restes à charge.
En effet, les entreprises ont choisi à :

 

  • 66% une couverture santé minimale « paniers de soins »,
  • 18% une couverture santé moyen de gamme,
  • 16% un couverture santé haut de gamme.

 

Attention : un contrat bas de gamme peut entraîner un mécontentement des salariés, ce qui est contraire à l’objectif recherché d’apporter un avantage motivant à votre équipe. Si la mise en place s’est faite dans l’urgence dans votre entreprise, avec des conséquences sur la qualité de la couverture, il n’est pas trop tard pour réajuster le tir pour l’an prochain !

Rapprochez-vous de votre assureur pour adapter vos clauses.

 

Pour vous aider, quelques informations utiles :

Comment bien choisir la complémentaire santé de vos salariés ?

Obtenez un tarif en quelques minutes

 

 

Complémentaire santé des salariés pour les « contrats courts »

 

Pour les contrats dits courts (CDD de moins de 3 mois, contrats partiels de 15 heures de durée hebdomadaire de travail…), la loi de Financement de la Sécurité sociale (LFSS) 2016 a créé le « chèque santé ».

Il permet aux salariés concernés d’être dispensés d’adhérer à la mutuelle santé obligatoire en échange d’une contribution de leur employeur finançant leur complémentaire santé individuelle.

La loi prévoyait que ce dispositif puisse être mis en place de manière transitoire (jusqu’au 31 décembre 2016) par simple décision unilatérale de l’employeur. Au-delà, un accord collectif de branche ou d’entreprise aurait été nécessaire.

 

Attention : Si vous avez des contrats courts dans votre entreprise, sachez que finalement le dispositif prévoyant une mise en place sur votre seule décision est reconduit par le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2017. Il vous revient donc de prendre les dispositions nécessaires.

 

Rappel : depuis le 1er janvier 2016, la mutuelle d’entreprise est obligatoire dans toutes les entreprises. Cette mesure vise à permettre à tous les salariés du secteur privé de bénéficier d’une complémentaire santé obligatoire financée pour partie par leur employeur.

 

Pour en savoir plus :

– Découvrez-les avantages fiscaux et sociaux dont vous pouvez bénéficiez

– Visionnez le témoignage de M. Charbonnier-Mounier dans notre émission
« Complémentaire santé pour TOUS ses salariés »

 

 

guide nom de domaine site internet

Tout savoir sur les noms de domaine en .fr

L’Association Française pour le Nommage Internet en Coopération (Afnic), l’office chargée de l’enregistrement du « .fr », vient de publier un guide pratique. Disponible en téléchargement gratuit, il vous renseigne sur les notions juridiques à connaître si vous voulez enregistrer ou si vous possédez déjà votre nom de domaine en .fr.

 

Pour y voir plus clair, l’Afnic vient de publier un guide gratuit pédagogique à l’attention de tous les propriétaires ou futurs propriétaires de noms de domaine en .fr.

 

Rubriqué sous forme de grandes questions :

 

« Quels sont mes droits et mes obligations ? »

« Quelles sont les opérations techniques possibles sur mon nom de domaine ? »

« J’ai oublié de renouveler mon nom de domaine et une tierce personne l’a enregistré : que puis-je faire ? »

« J’ai reçu une notification d’ouverture d’une procédure PARL : que dois-je faire ? »

 

Ce guide permet d’obtenir des réponses très concrètes sur différentes situations qui pourraient vous arriver. Il est agrémenté au fil des explications d’encadrés « petits plus », proposant des outils pour vous aider dans la gestion de votre nom de domaine, et d’un Abécédaire qui vous détaille les termes techniques utilisés. De quoi alimenter votre réflexion sur votre webstratégie !

 

Rappel : incontournable dans votre vie de e-entrepreneur pour créer un site web, le nom de domaine représente votre identité sur le net. Il doit donc être choisi avec soin et déposé auprès d’un organisme spécialisé pour pouvoir en retirer tous les bénéfices, notamment pour le protéger de la concurrence. Mais attention, il vous engage également à certaines obligations en tant que propriétaire.

 

Pour télécharger le guide pratique : www.afnic.fr

 

Loi de finances : 2 changements pour les petites entreprises

Le projet de loi de finances rectificative (PLFR) 2016, adoptée par les députés le 20 décembre 2016, prévoit 2 modifications qui vont concerner directement les TPE-PME :

– une amélioration des contrôles fiscaux

– la création du compte PME innovation

 

  • La modification des contrôles fiscaux

Deux nouvelles formes de contrôle sont proposées pour faciliter la vie des petites entreprises :

 

– un contrôle à distance, dit « examen de comptabilité », s’appuyant sur la comptabilité dématérialisée, mais uniquement dans les petites entreprises où les risques sont censés être peu nombreux et la complexité moins élevée.

 

Concrètement, vous devrez adresser à l’administration, sous dix jours, une copie des fichiers de vos écritures comptables. Elle pourra alors vous interroger et effectuer des tris, classements et autres calculs sur ces fichiers. Vous serez informé dans les six mois au plus tard des résultats de cet examen.

Cette nouvelle formule devrait permettre d’analyser votre comptabilité rapidement et surtout sans intrusion excessive.

 

– un contrôle spécifique des remboursements de crédit de TVA, directement dans les locaux de votre entreprise. Jusqu’à présent la demande de remboursement de crédit de TVA pouvait prendre un certain temps compte tenu de la procédure de vérification générale. Avec cette procédure sur place, votre entreprise gagnera en rapidité, quant à l’administration, elle compte ainsi diminuer les risques de fraude.

 

  • La création du compte PME innovation (CPI)

Ce compte doit inciter les entrepreneurs qui ont vendu les parts de leur société à réinvestir ces fonds dans de jeunes PME ou des start-up, et à les soutenir grâce à leur expérience et leur réseau. En contrepartie, ils verront la taxation de leurs plus-values reportée à la sortie du CPI.

 

Concrètement, si vous souhaitez être investisseur :

 

– vous devrez avoir été salarié ou dirigeant d’une société dont vous avez détenu au moins 10% du capital ou actionnaire à plus de 25%.

 

– l’entreprise bénéficiaire de l’investissement devra avoir moins de sept ans, ou moins de 10 ans et être innovante.

 

L’avantage fiscal est conditionné à votre accompagnement dans cette entreprise soit en étant directement dirigeant, membre de son conseil d’administration ou de son conseil de surveillance, soit en signant une convention où vous vous engagez à fournir des conseils à sa demande et ce, gratuitement !

 

Rappel : possible plusieurs fois dans l’année, le vote d’une loi de finances rectificative permet de modifier les dispositions de la loi de finances initiale (LFI) notamment pour corriger les prévisions initiales ou encore infléchir en cours d’exercice la politique budgétaire.

sms et relation client _ www.assuredentreprendre.fr

Utilisez le SMS pour améliorer votre relation client

Confirmer un rendez-vous, envoyer un code promo, valider une commande… Le SMS offre une gamme de fonctionnalités et de possibilités intéressantes pour gérer votre relation clients.
A condition de l’utiliser à bon escient !

Selon le Baromètre du numérique de 2015, 92% des Français possèdent un téléphone portable et un grand nombre d’entre eux le consulte très souvent !
Envoyer un SMS est donc un moyen de communication rapide et efficace pour toucher votre correspondant, qu’il s’agisse d’un proche mais aussi pourquoi pas d’un client.

 

Entrepreneur : dans quels cas utiliser le SMS ?

Comme les autres outils de marketing (e-mail, appel téléphonique, courrier…), le SMS permet de réaliser de nombreuses opérations, comme par exemple :

 

– informer vos clients sur une vente en cours (confirmer une commande, indiquer l’expédition du colis, confirmer une réservation, envoyer une facture…)

 

– vous rapprocher d’eux et les fidéliser (envoyer un message de bienvenue, rappeler les points fidélité cumulés…)

 

– développer vos ventes (accorder un code promotionnel, annoncer le lancement d’un nouveau produit…).

 

Sauf qu’il présente plusieurs avantages par rapport aux canaux de contacts traditionnels :

 

– il est ouvert rapidement

 

– il est lu dans 95% des cas (source Insee)

 

– il entraîne un fort taux de satisfaction chez les clients qui le trouve pratique et instantané.

 

Les solutions techniques pour envoyer vos SMS

De nombreuses sociétés se sont lancées sur ce marché et vous proposent de gérer votre relation clients par SMS via différents outils.

Ces outils peuvent être des plateformes en ligne permettant des envois de SMS immédiats ou en différé, ou encore des applications intégrant la fonctionnalité d’envoi SMS automatisé ou manuel directement dans votre application externe (CRM, site e-commerce, base de données, application mobile, etc.).

 

Le choix doit se faire en fonction de votre budget, de l’accompagnement qui est proposé pour la mise en place de ce nouvel outil et des objectifs que vous vous êtes fixés.

 

Les limites légales d’envois de SMS à vos clients

Comme la prospection téléphonique, la prospection par SMS est interdite sauf :

 

– si le destinataire vous a donné son consentement au préalable. Attention, le fait d’accepter des conditions générales de vente ne signifie pas que vous avez obtenu ce consentement !

 

– si la personne prospectée est déjà cliente de l’entreprise et que la prospection concerne des produits ou services analogues à ceux déjà fournis par l’entreprise.

 

Si votre client a accepté de recevoir vos messages, vous devez lui permettre à tout moment et gratuitement de demander que l’envoi de ces messages cesse. Et il doit pouvoir vous identifier immédiatement dans le message.

 

Enfin, la CNIL conseille l’envoi de ces SMS entre 8h et 20h, et hors dimanche et jours fériés.

 

Les limites psychologiques de la communication par SMS

Trop de SMS tue le SMS !

N’utilisez ce canal que pour fournir un vrai service à vos clients : une offre généreuse ou une information importante pour lui… sous peine de les exaspérer.

 

Et n’envoyez pas votre message trop tôt avant l’événement, maxi un ou deux jours, sinon le client aura déjà zappé !

droit du travail_tpe pme_www.assuredentreprendre.fr

TPE-PME : 1 service d’info sur le droit du travail !

Prévu par la loi travail d’août 2016, un service d’information devrait bientôt voir le jour pour répondre aux questions des entreprises de moins de 300 salariés concernant le droit du travail ou les accords collectifs.

Parmi les différentes mesures édictées par la fameuse loi Travail votée l’été dernier, il en est une qui devrait vous permettre d’accéder plus facilement à de l’information fiable, voire à sécuriser votre situation juridique.

 

Prévue pour les petites entreprises (moins de 300 salariés), cette mesure propose en effet de créer un service public territorial dédié aux questions sociales, mis en place par les DIRECCTE (Direction Départementale du Travail de l’Emploi et de la Formation Professionnelle). Ce service sera accessible à tout entrepreneur qui souhaite des informations précises concernant l’application des dispositions du Code du travail ou des accords collectifs.

 

Non seulement, avec ce service, vous obtiendrez une réponse par écrit de l’administration dans un délai raisonnable, mais cette réponse, indiquant la position de l’Administration sur les démarches à suivre par exemple face à une situation dans votre entreprise, pourra être produite en cas de contentieux pour attester de votre bonne foi.

 

D’après l’étude d’impact de la loi Travail, cet accès à l’information pour les entreprises qui ne disposent pas forcément de ressources juridiques ou humaines en interne sur ces sujets, devrait permettre une meilleure application du droit du travail, une limitation des contentieux et avoir un impact positif sur l’emploi grâce à une plus grande sécurisation des employeurs.

 

Ce service sera mis en place dès que les modalités du service territorial dédié seront précisées par décret.

Concours franchiseur audacieux 2017 : inscription ici !

Qui sera le franchiseur le plus audacieux de l’édition 2017 ?

Etes-vous prêt à relever le défi ?

Vous faites preuve d’innovation ? Vous êtes précurseur et inversez les codes ?

Vous créez de l’emploi ?

 

Participez en cliquant ici !

 

 

 

deroule-concours

1/ Inscrivez-vous avant le 20/01/2017 18 heures inclus.
=> complétez et envoyez votre bulletin de participation 

2/ Sélection de 5 candidats par un jury.
Les critères de sélection du jury sont : audace, originalité et innovation.

3/ Tournage des pitch vidéo

Les 5 candidats sélectionnés sont invités à participer à un tournage vidéo pour présenter en 1 min leur réseau de franchise et leur audace. Le tournage se déroulera sur Paris début février (date à confirmer).

.

4/ Lancement du vote

Mise en ligne d’une page avec les 5 vidéos des candidats qui seront soumises au vote des internautes.

 

Les votes se tiendront du 20 février 2017 jusqu’au 21 mars 2017 12h inclus

sur le site Assuré d’entreprendre.

 

L’entrepreneur le plus audacieux sera celui qui récolte le plus de vote !

.

5/ Annonce du vainqueur

Le vainqueur recevra son prix au cours du salon Franchise Expo de Paris.

 

Le vainqueur remportera une campagne d’affichage dans les vitrines des agences Gan Assurances, un plan média dans le magazine de l’Officiel de la Franchise et un an d’abonnement à la plate-forme d’accompagnement des franchises de Franchise Management !

.

Concours organisé par Gan Assurances en partenariat avec la Fédération Française de la Franchise, l’Observatoire de la Franchise, l’Officiel de la Franchise et Franchise Management.

 

 

Voir le règlement du jeu.

quel réseau social pour son entreprise

Quel réseau social pour votre entreprise ?

L’intérêt des réseaux sociaux pour une entreprise aujourd’hui n’est plus à démontrer. Il existe plusieurs types de réseaux qui n’ont pas tous la même portée suivant votre profil et votre activité. Petit florilège des principaux réseaux et de leurs atouts.

Quel réseau social est le plus adapté pour votre entreprise ?

Tout d’abord, posez-vous les bonnes questions pour choisir le ou les réseaux sociaux pour votre entreprise :

 

  • vous travaillez en BtoB ou en BtoC ?
  • vous fonctionnez plutôt en mode start-up ou plutôt selon un schéma « classique » ?
  • vous détenez une boutique ou pratiquez uniquement de la vente en ligne ?

 

Mieux vaut concentrer votre présence sur le ou les réseaux sociaux qui seront les plus pertinents pour atteindre vos objectifs et servir votre stratégie.

 

A chaque objectif, son réseau social :

 

  • Facebook pour interagir avec vos clients

Incontournable avec ses 1,59 milliard d’utilisateurs (en janvier 2016), ce réseau social permet de publier du contenu varié et souvent visuel (textes, photos, vidéos, coupons de réduction, concours…). Ces informations peuvent ensuite être commentées par vos abonnés, voire partagées dans leur propre communauté.

 

Un conseil : Facebook est un outil qui demande de l’assiduité pour porter ses fruits. Il faut créer et relayer des contenus toutes les semaines, et pas uniquement du contenu promotionnel !

 

  • Twitter pour communiquer en temps réel

 

Avec son système de publications en 140 caractères qui s’insèrent dans un flux d’information, Twitter intéresse plutôt les abonnés en quête d’actualités et des dernières tendances. Pour vous, c’est donc l’occasion de faire connaître vos solutions, de démontrer votre expertise et d’atteindre des influenceurs comme des journalistes, des blogueurs…

 

Un conseil : Plus encore que sur Facebook, il faut pouvoir produire du contenu capable d’intéresser votre cible.

 

  • Youtube pour capter l’attention de vos clients

 

Cette plateforme de vidéos s’adresse aux entreprises capables de se mettre en scène visuellement. Les objectifs poursuivis sont variés : surprendre, émouvoir, aider vos clients à résoudre un problème (tutoriels), ou encore les rassurer sur un produit (test)…

 

Un conseil : Le contenu doit être d’une qualité irréprochable sous peine de créer l’effet inverse de ce que vous venez rechercher : un bouche à oreille négatif, plus communément appelé « bad buzz » !

 

  • Instagram pour sublimer vos produits

 

Ce réseau vous permet de prendre des photos ou d’enregistrer des vidéos courtes, puis de les retoucher et d’y ajouter toute sorte de filtres. Il concerne donc principalement les entreprises qui veulent valoriser leurs produits (mode, automobile, restaurant…) et donner envie à leurs clients potentiels.

 

Un conseil : ce réseau demande bien sûr de la qualité, mais surtout de la créativité et une capacité à inventer une histoire.

 

  • Snapchat pour toucher les jeunes

 

Snapchat propose d’envoyer des messages, des vidéos et des photos avec légendes qui disparaissent une fois que le message a été visualisé par l’utilisateur. Un bon outil pour diffuser vos messages promotionnels éphémères. Il est incontournable pour toucher la cible des moins de 25 ans.

 

Un conseil : pour réussir sur ce réseau, il faut être capable de créer des rendez-vous avec vos abonnés et posséder une vraie originalité.

 

  • Linkedin pour rester professionnel

 

Basé sur la mise en ligne de votre CV ou la description de vos activités, ce réseau permet de prospecter des contacts professionnels (collègues, clients, fournisseurs, anciens camarades de classe…), d’entretenir vos relations, de mettre en avant votre expertise en partageant des contenus… Il est très utile aux entreprises B2B et aux cabinets de recrutement.

 

Un conseil : soyez efficace dans votre communication car le temps d’utilisation de ce réseau est beaucoup plus faible que celui de Twitter ou sur Facebook.

 

 

 

 

Rappel : Il existe plusieurs raisons d’être présents sur les réseaux sociaux, en voici quelques exemples :

 

  • augmenter votre notoriété,
  • fidéliser vos clients,
  • acquérir de nouveaux clients,
  • fédérer une communauté autour de vos produits / services,
  • communiquer vis-à-vis de votre cible,
  • créer du trafic sur votre site Internet…

 

diagnostic numérique pour les TPE

Nouvel outil pour une bonne transition digitale !

 

Il y a quelques semaines, le Medef a mis en ligne un nouvel outil gratuit pour aider et accompagner les TPE et PME dans leur transition digitale. Un bon moyen d’évaluer votre maturité numérique et de bénéficier de conseils personnalisés !

 

La transition numérique est l’un des chevaux de bataille du Medef ! En effet depuis plusieurs années, le syndicat s’est engagé à sensibiliser et accompagner les entreprises françaises dans ce domaine, surtout les TPE et PME qui ne sont pas toujours au fait des opportunités que peut apporter le numérique à leur activité. Cela passe par des colloques, des groupes de travail, des rencontres, des concours… et maintenant une plateforme web.

 

Facile à utiliser, ce test doit vous permettre d’évaluer en seulement 10 minutes le niveau numérique dans votre entreprise. Il suffit pour cela de répondre à des questions du type :

Etes-vous vigilant quant à la façon dont on parle de votre entreprise sur Internet ?

Utilisez-vous le numérique dans vos relations client ?

ou encore : Effectuez-vous une veille des produits / services de vos concurrents sur le web ? Puis de compléter le profil de votre entreprise (région, environnement, nombre de collaborateurs, etc.).

 

Vous obtenez alors une synthèse de vos réponses accompagnée de conseils très précis en matière d’organisation interne, d’évolution stratégique ou de formations.

Et parce que l’expérience des autres peut également vous apporter une aide supplémentaire, un espace « Bonnes pratiques » recueillent témoignages, études, articles…

 

Testez votre maturité numérique sur le site du Medef 

entrepreneurs dans les quartiers populaires

Un fonds de garantie pour les entrepreneurs des quartiers populaires

A partir de décembre, les entreprises des quartiers accompagnées par France Active pourront bénéficier d’une garantie de 80% maximum sur le montant de prêts bancaires jusqu’à 45 000 euros. Objectif : financer 1500 projets d’entreprises d’ici 2019.

 

Concrètement, l’entrepreneur devra être accompagné par le réseau France Active, qui se portera garant auprès des banques dans le cadre d’emprunts bancaires de 45 000 euros maximum, sur une durée de 7 ans, sans caution solidaire. Cette garantie s’élèvera à hauteur de 80 % du montant.

Ce nouvel outil financier sera intégré au Fonds de cohésion sociale.

 

Cet accompagnement devrait permettre aux petites entreprises d’accéder à des financements bancaires dans de bonnes conditions et par conséquent de bénéficier d’un bon taux de pérennité : 82% des 7 000 projets financés chaque année passent le cap des 3 ans !

 

 

Précisions :

Alors que le chômage reste élevé dans certains quartiers populaires, la création d’entreprise apparaît comme un moyen de développer son propre emploi. Pourtant, les banques renâclent à prêter aux entrepreneurs de ces quartiers dans de bonnes conditions. Pour accentuer le levier de la création d’entreprise et contourner la difficulté de l’accès au financement, le Gouvernement vient d’annoncer la création d’un fonds de garantie uniquement dédié à la création et au développement d’entreprises dans les « quartiers politiques de la ville ».

 

Pour en savoir plus, cliquez ici 

 

faire visiter son entreprise

Faites visiter votre entreprise !

Les congés de fin d’année approchent. Saviez-vous que pendant les vacances plus de 5 000 entreprises ouvrent leurs portes aux visiteurs, dont 95% de TPE-PME ? Un bon moyen de faire découvrir votre savoir-faire, mais pas seulement. Que ça soit auprès du grand public ou de vos clients, voici pourquoi et comment organiser ces visites.

13 millions de visites ont eu lieu en entreprises en 2014 (dont plus d’1 million d’étrangers). Ce succès montre que les Français sont friands de découvrir l’envers du décor du monde économique, mais aussi de mieux connaître les acteurs de leur territoire, voire pour les plus jeunes de valider une orientation professionnelle.

 

Faire visiter son entreprise : objectif communication !

Quant à vous, ouvrir les portes de votre entreprise au monde extérieur est une bonne opération de communication, dont les retombées sont larges :

 

– accroître la notoriété de l’entreprise à moindre coût

 

– expliquer vos savoir-faire

 

– recruter de futurs salariés

 

Sans compter que ces visites peuvent être source de revenus complémentaires, non seulement via le paiement d’un prix à l’entrée mais surtout avec la vente en boutique après la visite. C’est enfin une source de fierté pour vos employés et une opportunité de créer du lien social pour les artisans et TPE.

 

Différents moyens de faire découvrir l’entreprise

Les visites d’entreprise peuvent prendre différentes formes, que vous pouvez mixer au choix :

 

– un parcours de visite dans les différents services

 

– des ateliers pour mettre en pratique l’un des savoir-faire de l’entreprise

 

– une conférence pour présenter les différents métiers de l’entreprise

 

Tour dépend de votre objectif, du nombre de salariés qui se prêteront au jeu, du temps que vous aurez à y consacrer… Car dans tous les cas, une organisation solide au préalable est indispensable, il ne s’agit pas d’improviser !

 

Préparer la visite de votre entreprise

– Commencez par dimensionner votre projet : combien de journées d’ouverture au public, quel nombre de visites, avec quel effectif maxi par groupe de de visiteurs, le budget alloué…

 

– Puis par motiver vos troupes via une communication interne pour constituer une équipe chargée de monter le projet. Cette équipe devra réaliser un document retraçant les objectifs poursuivis, les publics ciblés (locaux, touristes, scolaires…), les actions à réaliser, les services impliqués, les espaces pouvant accueillir du public…

 

– Une fois ces éléments établis, mieux vaut réaliser des essais grandeur nature avec des cobayes, pour répéter ce qui devra être dit aux visiteurs, à quel endroit, etc. ça permettra de roder votre discours et d’évaluer le temps nécessaire à la visite.

 

Quelques démarches obligatoires avant d’organiser la visite de son entreprise

Avant de recevoir du public dans votre entreprise, il vous reste quelques formalités à effectuer :

 

– adressez une demande d’autorisation à votre mairie au moins 2 mois avant la manifestation. Cette demande doit détailler votre projet de visite et fournir des plans de vos infrastructures. Le maire saisira en préfecture la commission de sécurité et d’accessibilité pour avis.

 

– informez le SDIS, les services de police et de gendarmerie par courrier.

 

– contactez votre compagnie d’assurances pour vérifier que votre assurance responsabilité civile vous autorise à recevoir du public ou dans le cas contraire, à prévoir une extension de garantie le temps de la manifestation.

 

Il ne vous reste plus qu’à communiquer sur votre démarche auprès de vos clients, offices de tourisme, presse, lycées-collèges (si vous ciblez des scolaires), collectivités locales, etc. Et à questionner vos visiteurs à la fin de la visite pour connaître leur sentiment et vous permettre de vous améliorer sur les visites suivantes !

 

 

Pour aller plus loin : consultez le site de l’association de la visite d’entreprise  (AVE),  qui recense les 5 000 entreprises ouvertes au public et relaie les actions en région (journées portes ouvertes, créations de sites ou événementiels…).

Economie sociale et solidaire : votre aide à l’embauche

Pour inciter les entreprises de l’économie sociale et solidaire à embaucher des chômeurs de longue durée en CDI, une aide à l’embauche va être mise en place de manière expérimentale sur une partie du territoire.

 

Cette aide, appelée « Contribution au développement de l’emploi » consiste à prendre en charge une partie de la rémunération du salarié sous forme d’un remboursement. Son montant est fixé en proportion du SMIC, et ne peut excéder 113 % du SMIC brut par heure travaillée, dans la limite de la durée légale hebdomadaire du travail.

 

Pour bénéficier de cette aide à l’embauche, vous devrez conclure une convention avec le fonds d’expérimentation pour toute la durée de l’expérimentation. Et vous devrez embaucher un salarié en CDI, rémunéré au moins au niveau du SMIC au moment de l’embauche.

 

Attention, cette aide ne pourra pas être attribuée si vous n’êtes pas à jour du versement de vos cotisations et contributions sociales dues pour vos salariés.

 

 

A noter :

 

Vous pourrez vous séparer du salarié au terme de l’expérimentation si celle-ci n’est pas reconduite ou si elle est interrompue prématurément.

 

 

Précisions :

 

Cette aide, appelée « Contribution au développement de l’emploi », résulte du dispositif « Zéro chômage de longue durée », dont le décret paru cet été vise la mise en œuvre d’une expérimentation territoriale pour résorber le chômage de longue durée.

 

Elle sera testée sur 10 territoires et pour une durée de 5 ans.

 

Les territoires retenus sont : Colombelles (Calvados), Colombey-les-Belles (Meurthe-et-Moselle), Jouques (Bouches-du-Rhône), Mauléon (Deux-Sèvres), la Métropole de Lille, la communauté de communes Nièvre et Forêt (Nièvre), le XIIIe arrondissement de Paris, Pipriac (Ille-et-Vilaine), Thiers (Puy-de-Dôme) et Villeurbanne quartier Saint-Jean (Rhône).

 

Allègement fiscal sur l’essence pour les véhicules pro !

A compter du 1er janvier 2017, vous pourrez déduire 80% de la TVA appliquée sur tous les carburants de vos véhicules d’entreprise, et non plus seulement sur le gazole. C’est ce qu’a annoncé Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’écologie et de la mer, pour rééquilibrer la fiscalité entre le diesel et l’essence.

 

Actuellement, la fiscalité du carburant utilisé pour vos véhicules d’entreprise est assez complexe :

 

– vous pouvez totalement déduire la TVA payée sur le diesel utilisé pour vos véhicules utilitaires et de société.

 

– en revanche, pour les véhicules de tourisme utilisés dans le cadre de votre activité, elle n’est déductible qu’à hauteur de 80%.

 

– quant aux véhicules d’entreprise roulant à l’essence, la TVA sur leur carburant est non-récupérable.

 

Ce dispositif rend non seulement complexe la comptabilisation des factures pour votre entreprise, mais il incite également à rouler avec des véhicules diesel, réputés plus polluants.

 

Bonne nouvelle, l’avantage fiscal du diesel va être étendu à l’essence dès l’an prochain. Cette mesure devrait toutefois être mise en œuvre progressivement, a indiqué la ministre, sans que les détails de cette mise en place n’aient encore été dévoilés… Affaire à suivre ! D’autant que ça n’est pas la première fois que ce sujet est mis sur le tapis…

Levée de fond

Vous avez besoin de fonds pour financer les projets de développement de votre entreprise ?

Titre popin Fermer

Le concept de l’émission

Vous êtes entrepreneur d’une TPE/PME, commerçant, artisan, créateur d’entreprise et vous avez des questions sur votre activité ou votre projet professionnel…
Lionel Moreau et son équipe d’experts viennent à votre rencontre dans votre entreprise pour vous aider à résoudre une problématique, lever des doutes et vous rassurer d’entreprendre !

Avantages

contact
Pour participer, veuillez remplir le formulaire ci-dessous.

Ces informations vont nous permettre de mieux vous connaître et de prendre contact avec vous par la suite.

* Champs obligatoires.

Choisissez...
  • Monsieur
  • Madame
  • Mademoiselle


Les données collectées dans le présent formulaire par Gan Assurances en sa qualité de responsable de traitement seront utilisés par ses services et sous-traitants pour prendre connaissance de votre demande. Le défaut de communication des données obligatoires aura pour conséquence de ne pas nous permettre de prendre en compte votre demande.
Vous pouvez, à tout moment, conformément à la loi, vous opposer au traitement des informations vous concernant, y accéder, les faire rectifier ou supprimer en nous contactant via notre formulaire de contact.

Télécharger le livre blanc
Remplissez ce petit formulaire et accédez gratuitement au livre blanc

* Champs obligatoires

Livre blanc
Fermer
Choisissez...
  • Monsieur
  • Madame
  • Mademoiselle
Les données collectées dans le présent formulaire par Gan Assurances en sa qualité de responsable de traitement seront utilisées par ses services et ses sous-traitants pour prendre connaissance de votre demande.
Le défaut de communication des données obligatoires aura pour conséquence de ne pas nous permettre de prendre en compte votre demande.
Vous pouvez, à tout moment, conformément à la loi, vous opposer au traitement des informations vous concernant, y accéder, les faire rectifier ou supprimer, en nous contactant via notre formulaire de contact.