Allier innovation, bouillon de créativité et vie quotidienne dans une maison, c’est le pari relevé par Paul Poupet et Benjamin Poilvé en créant Seed-Up. « Hacker house »* créée en janvier 2016, Seed-Up a remporté le Prix Coup de cœur du jury Moovjee en mars dernier. Elisa Desbrosses, responsable communication chez Seed- Up nous explique comment travailler en communauté peut être un modèle innovant et inspirant pour de nombreuses entreprises dites « classiques ».

Seed-Up, un concept innovant

Paul Poupet et Benjamin Poilvé, les deux co-fondateurs se sont rencontrés lors d’un hackathon. Tous deux sortaient de l’Ecole Centrale avec deux profils bien différents : business/commercial et création/innovation. Ils décident de créer en 2016 Seed-Up, première Hacker house en France où chaque personne vit et travaille dans la même maison.

« Aujourd’hui nous sommes 10 et chacun sa spécialité : business développeur, designer, ingénieur conception hardware, communication etc. L’idée étant de travailler ensemble, être complémentaires avec comme objectif, innover.

 

Paul et Benjamin  ne  trouvaient pas leur place dans le système d’entreprises « classiques », souvent sclérosées par la lenteur des process ou les prises de décision. « Seed-Up, c’est pour nous  la volonté de faire de notre jeunesse un atout : nous sommes  au cœur de la transformation numérique et de l’innovation digitale. Le partage de compétences, l’autonomie, la constante recherche d’aller plus loin nous permet de monter en compétence.»

 

Leur modèle économique : travailler à la fois sur des projets internes et externes

  • 70 % du temps pour créer des projets (projets internes)
  • 30 % du temps pour proposer des prestations de service pour de grands groupes.

 

« Chaque projet interne est réalisé avec un product manager extérieur, quand le projet arrive à maturité, il sort de la hacker house pour devenir une startup à part entière. Seed-Up conserve un pourcentage sur les parts de la société, ainsi que le product manager.

 

Notre premier client (groupe dans l’industrie pétrolière) nous a contactés pour une problématique de sécurité sur des chantiers. Cette réflexion, à 10, nous a permis de trouver une solution en créant une caméra prenant des photos toutes les 5 sec., alimentée par des panneaux solaires et intégrée à un algorithme de reconnaissance d’images (palier à tout type de sécurité : humaine, matérielle etc.). Jongler entre les projets internes et externes nous permet d’être constamment stimulé.

 

Semer des projets pour mieux les voir grandir

Chez Seed-Up nous sommes constamment dans la création et la recherche d’amélioration.

Pour exemple, avec le projet « Moore ». Initialement, c’était une clé usb à capacité de stockage illimité, présentée au CES de Las Vegas en janvier 2017. Nous avons réalisé un constat, les clés usb ne sont plus tellement utilisées.  Après différentes étapes de réflexion, de rencontres, d’échanges, d’analyse de l’expérience utilisateur nous décidons de changer le support et partons sur la création d’un smartphone  à stockage illimité. C’est aussi ça Seed-Up, savoir se remettre en question pour avancer dans la bonne direction.

 

Les projets externes apportent un regard nouveau

Travailler avec l’extérieur nous apporte un regard sur les problématiques actuelles. Chez Seed-Up, nous ne sommes pas cloisonnés et souhaitons casser les frontières. Ce travail de deux équipes en parallèle (interne et externe) favorise l’échange, la créativité et créé une synergie. C’est aussi ça notre légitimité.

 

Nous nous enrichissons de l’expérience de nos clients et nous leur apportons notre savoir-faire, l’innovation, mais aussi, un autre regard sur la façon de travailler. Il y a un réel intérêt des deux parties à travailler dans l’échange.

Les clients viennent nous voir, nous réalisons des workshops sur différentes problématiques toujours dans l’idée de réfléchir ensemble et créer ce consensus. Nos clients se rendent compte qu’une autre façon de travailler est possible. L’un d’eux nous a même avoué qu’il ne se rendait pas compte à quel point il pouvait avoir confiance en ses collègues.

 

 

 

La force de Seed-Up : allier compétence et confiance

Seed-Up réuni  des passionnés, à l’affût d’informations, d’enrichissement par les rencontres, les discussions et l’auto-formation. Chacun est responsable et s’autogère sur ses projets, cette liberté de création et d’innovation permet une bonne implication dans l’entreprise.

Aujourd’hui nous sommes  10 personnes qui travaillons dans une même optique, l’innovation. Nous sommes devenus plus que des collègues, nous sommes des amis qui partageons des compétences.

« confiance en soi mais surtout confiance en l’autre »

Notre méthode de recrutement est simple : trouver la symbiose entre compétences et qualités humaines.
Les recrutés chez Seed-Up font partie des meilleurs jeunes développeurs et ingénieurs de la scène technologique. Ils sont tous, soit sortis de grandes écoles, soit autodidactes, ce sont de vrais petits génies. Les profils sélectionnés doivent par exemple être capables de créer des algorithmes de machine-learning ou encore être expert dans un langage.
De même, nous prenons en compte louverture d’esprit, la sociabilité, la curiosité ; Car ce qui est important, ce qui permet d’avancer, finalement c’est l’humain. Moi-même, j’ai commencé il y a un an chez Seed-Up, on m’a tout de suite fait confiance et j’ai rapidement monté en compétences. »

 

Un an après ses débuts chez Seed-Up, Elisa ne regrette rien : « Travailler sur des projets communs qu’ils soient externes ou internes nous poussent à réfléchir autrement. Il faut sortir des sentiers battus, s’intéresser, être curieux, avoir un grain de folie, échanger. Ce qui est primordial c’est de savoir sortir de sa zone de confort avec un mot d’ordre : la confiance. Il est nécessaire d’avoir toujours les yeux ouverts : aux nouvelles technologies, aux rencontres, aux moyens d’apprendre. C’est à nous de supprimer nos propres barrières pour avancer ! »

 

Pour en savoir plus : https://seed-up.io/fr/

 

*Hacker house : nouveau mode de vie en provenance de la Silicon Valley, on parle aussi de coliving. Un lieu où entrepreneurs, informaticiens, développeurs,  designers, codeurs etc. vivent et travaillent à la fois. Ils partagent savoirs, compétences, réseaux et moments de convivialité.