De l’ouverture d’un coffee shop à la gestion d’un réseau de franchise !

#creer-mon-entreprise , #creer-entreprise-franchise , #cas-pratiques-entreprise

Aurélien Camps, 33 ans, entrepreneur dans l’âme, s’est lancé il y a 7 ans avec sa mère dans l’ouverture d’un coffee shop à Saint Etienne. Comment créer un concept novateur, en faire une marque et le dupliquer en réseau de franchise en partant de rien ? Aurélien nous raconte son parcours dans la création d’un commerce à l’avenir prometteur !

Et, M. Recep Sönmez nous rappelle le B.A.-BA pour bien assurer un commerce...

« Nous avions une vision à long terme… avec l’envie de créer, non pas un commerce, mais une marque qui serait amenée à vivre au travers d’un réseau en franchise. »

Aurélien Camps, co-fondateur de l’enseigne Mary’s coffee.

« Dès 21 ans, j’ai su que je voulais entreprendre et c’est tout d’abord en tant que photographe professionnel que je me suis lancé à mon compte… mais je voulais prendre part à un projet de plus grande envergure. Ma mère, Marie, elle aussi entrepreneur, avait cette même envie de créer un concept qui soit le projet d’une vie.

Fans des concepts stores, nous avons décidé de nous lancer dans la création d’un coffee shop avec des codes à l’américaine et vintage. Le concept du coffee shop était peu connu il y a encore 7 ans dans notre département. En effet, aucun concept de ce type n’existait à Saint Etienne !

Comment développer un concept en une marque ?

Nous avons réfléchi pendant près d’un an pour peaufiner au maximum notre projet et son cahier des charges. Forts de nos expériences antérieures d’entrepreneurs, nous savions qu’il ne faut rien laisser au hasard pour réussir !

1er fondamental : proposer un concept avec un univers propre pour faire du Mary’s coffee une marque, au-delà du simple coffee shop.

Tout a été calculé d’un point de vue design et codes graphiques. Nous voulions créer une ambiance conviviale à l’américaine, sans tomber dans les clichés des diner des années 50… Notre décoration et aménagement intérieur, basés sur un mélange de bois pour le côté chaleureux et de métal pour le côté industriel (tendance dans laquelle nous étions avant-gardistes il y a 7 ans), permettent de vivre un moment dépaysant et propice au partage.

2ème fondamental : se démarquer de l’offre déjà existante en proposant des produits de qualité, faits-maison.

Ainsi, nos produits sont faits-maison, c’est-à-dire préparés en flux tendu à la journée au départ par Marie (ma mère) et maintenant dans un labo au sein de chaque boutique par un pâtissier. Nous élaborons nos propres recettes et sélectionnons des fournisseurs aux alentours pour travailler à partir de produits frais et de qualité…

3ème fondamental : se faire connaître et avoir une communauté de clients fidèles

Avant même l’ouverture de notre 1ère boutique, nous avons pris conscience de l’importance de nous faire connaître et de promouvoir notre concept peu répandu. Ainsi, nous avons ouvert une page Facebook et un compte Instagram avant l’ouverture, afin de partager des photos des travaux, de faire du teasing autour de nos produits et de notre concept… Ceci nous a permis de fédérer une communauté curieuse et connectée.

Comment passer de l’ouverture d’un commerce à un réseau de franchise ?

Il faut voir grand dès le début !

Nous avions très peu d’apport, mais nous étions convaincus par la réussite de notre projet en allant voir les banques. Vous me direz, que tout créateur croit en son projet… En effet, c’est indispensable pour passer le cap et se lancer. Nous avions une vision à long terme d’un projet grandissant avec l’envie de créer, non pas un commerce, mais une marque qui serait amenée à vivre au travers d’un réseau en franchise.

La volonté de se développer en franchise fait partie de l’ADN du projet. Dès notre cahier des charges, nous avons pensé à ce futur développement de notre concept. Ce qui explique que nous ayons ouvert 3 coffee shops en propre à des emplacements différents : l’un dans une rue non commerçante, l’un en plein centre-ville et l’autre dans un centre commercial. Cela nous permet de tester, de modéliser le concept et surtout de valider son efficacité quel que soit l’endroit où il sera implanté.

Nous savions où nous voulions aller et le prix à mettre : beaucoup de travail et d’acharnement. 

Conseils d’un entrepreneur :

Dès le départ, nous avons vu grand et tenté d’anticiper un maximum de choses pour avoir au moins 3 coups d’avance ! Quitte à se lancer, autant être ambitieux. Je dirais à tous ceux qui souhaitent entreprendre qu’il faut simplement foncer en ayant une vision de là où vous voulez aller ! A vous de savoir si vous avez l’âme d’un chef d’entreprise, c’est-à-dire la volonté de créer votre entreprise et de tout faire pour la pérenniser pour en vivre ou si vous avez l’état d’esprit d’un entrepreneur, c’est-à-dire l’ambition de créer quelque chose de grand, de nouveau et de sans cesse réinvestir pour aller toujours plus loin !

Aurélien Camps, co-fondateur de Mary’s coffee, à Saint Etienne.

CONSEIL DE L’EXPERT

Lors de nos premiers échanges, j’ai tout de suite perçu la passion d’entreprendre chez Aurélien. On se ressemble. Nous sommes tous les deux animés par l’envie d’entreprendre, chacun en s’appuyant sur notre savoir-faire et notre savoir-être.

En tant qu’expert en assurance aux côtés d’Aurélien, j’ai identifié les points majeurs suivants à protéger :

-         l’activité de commerce « pure » : lorsque l'on investit dans la décoration et le design de son commerce pour en faire un élément de distinction et de séduction de sa clientèle, il est important de bien s’assurer. Pour cela, il existe des contrats tout en un, nommés multirisques (qui couvrent globalement la Responsabilité Civile, les biens immobiliers et mobiliers et la perte d’exploitation). Mais attention, encore faut-il bien définir les capitaux à protéger, afin d’être remboursé au plus près des frais à engager pour réparer les dommages et pouvoir ainsi redémarrer son activité au plus vite suite à un sinistre.

-         la réputation du Mary’s coffee : dans le cas d’Aurélien, les facteurs clés de la réussite reposent, entre autres, sur le fait-maison et sur la communication auprès d’une communauté sur les réseaux sociaux. Il est donc primordial de ne pas négliger cet aspect avec une garantie adaptée pour être assuré en termes de sécurité alimentaire.

-         son patrimoine : en tant qu’entrepreneur dont l’ambition le conduit à mener un projet d’envergure, Aurélien doit anticiper et se poser les bonnes questions concernant la protection de son patrimoine. En effet, nous avons étudié les différentes possibilités envisageables pour mettre à l’abri sa famille mais aussi faire la part entre ce qu’il investit dans l’entreprise et pour son futur côté vie privée…

Le relationnel et la confiance doivent être la base d’une collaboration entre un professionnel et son agent d’assurance. Pour ma part, j’aime croire aux projets de mes clients et les suivre quotidiennement dans leur développement. Je travaille avec des personnes qui me ressemblent !

Recep Sönmez, Agent d’assurance à Andrézieux-Bouthéon.

Besoin d'un conseil personnalisé ? Contactez moi sur mon site Internet.