Clés de réussite pour entreprendre en famille dans l’immobilier

#management-et-rh , #cas-pratiques-entreprise , #gerer-mon-entreprise

« Entreprendre en famille nécessite de cadrer, dès le départ, le périmètre et les responsabilités de chacun. »

Emmanuel Lopes, fondateur de REAL 31 , agence immobilière et gestionnaire de biens.

« Adolescent, je passais mes vacances scolaires sur les chantiers dans l’entreprise de mon père dont les 2 activités principales sont : la construction et la promotion immobilière. Après le bac, j’ai suivi des études d’ingénieur du bâtiment à l’ESTP (École Spéciale des Travaux Publics, du bâtiment et de l'industrie et du bâtiment), puis j’ai rejoint l’entreprise familiale 2001.

Très vite, je me suis aperçu qu’il manquait un maillon dans notre entreprise : celui de la gestion de copropriétés et du suivi des clients après livraison des biens. J’ai donc ouvert ma 1ère agence immobilière avec ma sœur, ma tante et une salariée pour proposer ces prestations le 1er mars 2005.

Développer son entreprise oui. Mais au bon rythme !

En 2007, je décide de développer mon affaire. Tous les indicateurs du secteur étant favorables, je me lance, après 6 mois de préparation, dans l’ouverture de 2 agences à 3 mois d’intervalle. Hélas, la crise des « subprimes » de 2008 et ses conséquences sur le marché de l’immobilier n’ont pas été favorables à l‘ouverture de ces 2 agences… Ce fût un échec : j’ai dû fermer l’une des agences un an après son ouverture. Heureusement, j’ai pu garder tous les salariés dans l’autre agence…

Ce fût un moment difficile ! Avec du recul, je me dis que j’aurai dû attendre et ouvrir une seule agence à la fois… En effet, le passage d’une agence à 3 en quelques mois me faisait porter un risque trop lourd.

L’enseignement de tout cela : ne pas aller trop vite dans l’euphorie du succès ! Et, malgré cet échec, s’il fallait recommencer, je recommencerais !

Comment gérer le quotidien et son rôle de chef d’entreprise ?

« Au quotidien, je suis très polyvalent. J’ai su m’entourer d’une équipe de confiance à qui déléguer. Néanmoins si un membre de l’équipe est absent ou si une question majeure se pose, je reste la seule personne qui peut prendre le relais dans tous les domaines et aussi prendre les décisions. 

La 1ère difficulté quand on est chef d’entreprise, c’est de bien se connaître. Dans mon cas, dès l’adolescence, j’ai su que je voudrais créer et entreprendre. Actuellement, je fais appel à un coach, et je conseillerai d’entreprendre cette démarche à tout chef d’entreprise, quel que soit son profil, afin d’identifier ses points forts et faiblesses. En effet, faire appel au regard extérieur d’un professionnel qui côtoie lui-même d’autres entrepreneurs, peut s’avérer bénéfique dans bien des domaines (recrutement, axes de développement, équilibre vie professionnelle – vie privée…) ! Il est vrai que c’est un investissement difficile à envisager lors de la création d’entreprise, mais qu’il est intéressant de prévoir en phase de développement pour justement faire les bons choix.

Dans mon cas, il s’avère que je suis un développeur, c’est-à-dire que j’éprouve le besoin de me lancer sans cesse dans de nouveaux projets… J’apprends à me freiner un peu grâce au conseil de mon coach. Mon objectif ? Finir ma journée avec la satisfaction de me dire que j’ai fait ce que j’avais à faire dans la journée ! Cela peut paraître simple, mais cette posture m’aide beaucoup à améliorer mon quotidien. »

Est-ce facile d’entreprendre en famille ?

« Non ! Cela nécessite de cadrer, dès le départ, le périmètre et les responsabilités de chacun. Dans notre cas, nous avons tous une « âme d’entrepreneur » et un certain caractère dans la famille. Par conséquent, il nous a paru préférable de ne pas avoir de lien hiérarchique entre nous. Enfin, c’est avant tout une belle aventure que nous partageons et surtout cela nous permet de véhiculer des valeurs communes dans l’entreprise aussi bien vis-à-vis de nos salariés que de nos clients ! »

Emmanuel Lopes, fondateur de REAL 31 , agence immobilière et gestionnaire de biens.

CONSEIL DE L’EXPERT

« Lorsqu’on se lance dans l'entrepreneuriat, il est nécessaire d’assurer dans un premier temps les locaux et le matériel de l’entreprise d’éventuels sinistres, tels que le vol, l’incendie, les dégâts des eaux… pour une agence immobilière comme pour toute activité. En effet, tous ces risques peuvent entraîner un ralentissement voire un arrêt de l’activité et donc avoir des conséquences dommageables et directes sur le chiffre d’affaires de l’entreprise.

Dans le cas de M. Lopes, nous avons établi un contrat par agence dans lequel nous avons précisé à chaque fois la valeur du contenu à assurer, soit, celle du matériel (ex. photocopieur, ordinateur…) et celle du mobilier (bureaux, vitrines…).

L'activité d’agence immobilière est « réglementée »

Il est alors obligatoire de souscrire une assurance en Responsabilité Civile. Et, la convention collective nationale (CCN) de l’immobilier impose aux entreprises du secteur de proposer un contrat d’assurance santé et prévoyance collective à l’ensemble de leurs salariés.

Compte tenu de la situation de M. Lopes qui entreprend en famille, nous avons porté une attention particulière à ces contrats, afin d’être certes en conformité par rapport à ces obligations, mais surtout pour lui assurer une protection sociale pour lui, sa femme et ses enfants. Il est important en tant que chef de famille de bien vérifier les montants et garanties comprises en matière de prévoyance (arrêt de travail, incapacité, décès) dans les contrats d’assurance. En effet, selon votre revenu et votre situation familiale, il convient d’apporter dans certains cas des ajustements, afin de pouvoir maintenir un certain niveau de revenu à votre famille en cas de coup dur…

Qui dit agence immobilière dit gestion d’un parc automobile

En effet, certains salariés ont besoin d’un véhicule professionnel pour effectuer les déplacements nécessaires à la profession d’agent immobilier (repérage et visite de biens…). Par conséquent, nous lui avons proposé puis mis en place un contrat d’assurance unique ‘flotte automobile’ pour les véhicules de ses 4 agences immobilières. Ainsi tout est regroupé dans un seul contrat ce qui permet d’optimiser les coûts et facilite la gestion administrative. »

Pascal Moreux, Agent général Gan Assurances, à Paris.

Besoin d'un conseil ? Contactez-moi sur :